Fortitude https://fortitude-ww2.fr La Seconde Guerre mondiale Fri, 11 Sep 2020 09:53:49 +0000 fr-FR hourly 1 https://fortitude-ww2.fr/wp-content/uploads/2020/05/cropped-logo-fortitude-miniuature-32x32.png Fortitude https://fortitude-ww2.fr 32 32 165594838 Le discours radiodiffusé du 2 octobre 1935 de Mussolini https://fortitude-ww2.fr/discours-mussolini-2-octobre-1935 https://fortitude-ww2.fr/discours-mussolini-2-octobre-1935#respond Sun, 06 Sep 2020 12:10:38 +0000 https://fortitude-ww2.fr/?p=5250 Alors qu'il s'apprête à envahir l'Ethiopie, le Duce dénonce le comportement des Alliés...

L’article Le discours radiodiffusé du 2 octobre 1935 de Mussolini est apparu en premier sur Fortitude.

]]>

Mussolini et la conquête de l’Ethiopie 

Benito Mussolini

Alors que l’Italie de Mussolini s’apprête à envahir l’Ethiopie, qu’il considère comme un « peuple de barbares » le Duce, dans un discours radiodiffusé, dénonce le comportement des Alliés et de la Société des Nations qui viennent de voter des sanctions économiques à l’égard de son pays. 

Plus qu’une dénonciation, il va jusqu’à menacer ouvertement les démocraties d’un conflit européen, qu’il souhaite cependant encore éviter.

 

Benito Mussolini : discours radiodiffusé du 2 octobre 1935

« Chemises noires de la révolution ! Hommes et femmes de toute l’Italie ! Italiens, habitant dans toutes les régions du monde, au-delà des montagnes et des océans ! Ecoutez !

Une heure solennelle dans l’histoire de la patrie est sur le point de sonner. Vingt millions d’Italiens sont en ce moment même rassemblés sur les places d’Italie. C’est la plus gigantesque démonstration de toute l’histoire de genre humain. Vingt millions d’Italiens mais un seul cœur, une seule volonté, une seule décision. Cette manifestation démontre que l’identité entre l’Italie et le fascisme est parfaite, absolue, inaltérable. Il n’y a que des cerveaux ramollis dans les illusions puériles ou étourdis pas la plus profonde des ignorances pour penser le contraire, puisqu’ils ignorent ce qu’est cette Italie fasciste de 1935.

Depuis de nombreux mois, la roue du destin tourne, sous l’impulsion de notre calme et de notre détermination, vers son but naturel. Au cours de ces dernières heures, son rythme est devenu plus rapide : il est désormais irrépressible.

Ce n’est pas seulement une armée qui marche vers ses objectifs, ce sont quarante-quatre millions d’Italiens qui marchent avec cette armée, tous unis, puisque l’on essaye de commettre contre eux la plus noire des injustices : celle de nous enlever un peu de place au soleil.

Quand, en 1915, l’Italie décida d’unir son sort à celui des Alliés, que de cris d’admiration et que de promesses ! Mais après la victoire commune, à laquelle l’Italie avait apporté sa contribution suprême de 600 000 morts, 400 000 mutilés, un million de blessés, quand l’on s’assit autour de la table d’une paix odieuse, il ne restera, pour nous, que les miettes du festin colonial des autres.

Pendant quinze années, nous avons patienté, tandis qu’autour de nous se serrait, toujours plus rigide, le cercle qui veut étouffer notre impétueuse vitalité.

Ô Ethiopie ! Nous patientons depuis quarante ans, maintenant ça suffit !

A la Ligue des Nations, plutôt que de reconnaître le juste droit de l’Italie, l’on ose parler de sanctions. Aujourd’hui (et je refuse de croire, jusqu’à preuve du contraire, que le vrai peuple de France puisse s’associer aux sanctions contre l’Italie) les 6 000 tués de Bligny, morts dans un si héroïque assaut qui arracha l’admiration au commandant ennemi lui-même, aujourd’hui, ces 6 000 morts sursauteraient, sous la terre qui les recouvre. Et, jusqu’à preuve du contraire, je me refuse à croire que le peuple de Grande-Bretagne, le vrai, veuille verser son sang et pousser l’Europe dans la voie de la catastrophe, pour défendre un pays africain, universellement reconnu comme barbare et indigne de figurer parmi les peuples civilisés.

Cependant, nous ne pouvons feindre d’ignorer les éventualités de demain. A des sanctions économiques, nous répondrons avec notre discipline, avec notre sobriété, avec notre esprit de sacrifice. A des mesures d’ordre militaire, nous répondrons par des mesures d’ordre militaire. A des actes de guerre, nous répondrons par des actes de guerre.

Que personne n’entretienne l’illusion de nous plier, sans avoir auparavant durement combattu. Un peuple jaloux de son honneur ne peut avoir et n’aura jamais d’autre attitude.

Mais que cela soit dit encore une fois de la manière la plus catégorique (comme un engagement sacré que je prends, en ce moment, devant tous les Italiens qui m’écoutent), nous ferons tout notre possible pour éviter qu’un conflit colonial devienne un conflit européen. Cela peut plaire aux esprits troubles, qui pensent, à travers une nouvelle catastrophe, trouver vengeance pour leurs temples écroulés. Mais nous ne sommes pas de ceux-là. Jamais, comme à cette époque historique, le peuple italien n’a autant montré toute la force de son esprit et la puissance de son caractère. Et c’est contre ce peuple, auquel l’humanité doit les plus importantes de ses conquêtes, et c’est contre ce peuple de héros, de saints, de poètes, d’artistes, de navigateurs, de colonisateurs, d’émigrants, que l’on ose parler de sanctions.

Italie ! Italie prolétaire et fasciste ! Italie de Vittorio Veneto et de la révolution : debout ! debout !

Fais en sorte que ton cri, fais en sorte que le cri de ta décision ferme et irréductible remplisse le ciel et arrive à nos soldats en Afrique orientale et qu’il soit de réconfort à ceux qui vont combattre et qu’il incite les amis et mette en garde les ennemis. C’est la parole de l’Italie qui va au-delà des monts et des mers, dans le monde entier.

Le cri de l’Italie d’aujourd’hui, c’est un cri de justice et c’est un cri de victoire ! »

→ En lien avec cet article : Pourquoi Mussolini s’est tourné vers Hitler

 

Sources et autres articles de la même famille :

De Gaulle

De Gaulle

Un film qui retrace principalement l’appel du 18 juin du Général de Gaulle, en plein cœur d’une débâcle morale, politique et militaire. [Résumé et bande-annonce]

Aucun résultat

La page demandée est introuvable. Essayez d'affiner votre recherche ou utilisez le panneau de navigation ci-dessus pour localiser l'article.

Tous les évènements de la Seconde Guerre mondiale en France par années ↓

L’article Le discours radiodiffusé du 2 octobre 1935 de Mussolini est apparu en premier sur Fortitude.

]]>
https://fortitude-ww2.fr/discours-mussolini-2-octobre-1935/feed 0 5250
Pourquoi Mussolini s’est tourné vers Hitler ? https://fortitude-ww2.fr/pourquoi-mussolini-sest-tourne-vers-hitler https://fortitude-ww2.fr/pourquoi-mussolini-sest-tourne-vers-hitler#respond Sat, 05 Sep 2020 15:31:26 +0000 https://fortitude-ww2.fr/?p=5210 Mussolini n'a pas toujours été un allié de Hitler...

L’article Pourquoi Mussolini s’est tourné vers Hitler ? est apparu en premier sur Fortitude.

]]>

Pourquoi Mussolini s’est tourné vers Hitler ?

Mussolini et Hitler

Contrairement à ce que l’on peut penser ou croire, Benito Mussolini n’a pas toujours été un allié de Hitler. Loin de là même. 

Bénéficiant d’un large soutient populaire et d’une grande admiration de la part des grandes puissances mondiales, sa politique s’oppose totalement à celle du régime nazi.

Pourtant, avant que la Seconde Guerre mondiale n’éclate, c’est auprès du dictateur Allemand que le Duce va se tourner.

 

Mussolini et la France

Mussolini est un grand admirateur de la France. Au début de la Première Guerre mondiale, il rejoint le camp des interventionnistes de gauche, favorables à une entrée en guerre de l’Italie aux côtés de Alliés.

Journaliste à succès, où il s’oppose régulièrement à l’Allemagne et à l’Autriche dans ses papiers, et démontre à plusieurs reprises son plus grand respect pour la France.

Afin de financer la campagne qu’il compte mener pour faire entrer l’Italie dans la guerre, il devient même un agent des services secrets britanniques.

En mai 1915, son pays entre officiellement en guerre aux côtés de ses deux Alliés. Il rejoint ainsi une unité d’élite pour combattre.

Après la guerre, et malgré le rôle déterminant de l’Italie dans la victoire, qui comptabilise à elle seule la défaite d’environ soixante divisions austro-hongroises, les Alliés Français, Britanniques et Américains ne restent que partiellement fidèles aux promesses territoriales d’après-guerre. Si l’Italie « récolte » le Trentin, l’Istrie et la Dalmatie, elle ne verra cependant jamais venir à elle la nouvelle Yougoslavie.

Mussolini prend le pouvoir en 1922. A Londres, il participe aux conversations sur les réparations allemandes. Comme toujours, et avec beaucoup de fermeté, il défend les positions de la France.

La politique sociale et économique de Mussolini

Depuis son arrivée au pouvoir, Mussolini bénéficie d’un large soutient de sa population et une très grande admiration des puissances mondiales.

Attaché à la vie et au sort de son peuple, il met en place de très nombreuses mesures pour élever son pays, qui deviendra très rapidement en avance sur son temps.

En plus de fortement développer l’aménagement des territoires, il fournit gracieusement de nombreux biens ménagers, des vêtements et de la nourriture. Au cours de l’hiver 1933-1934, il fait distribuer 3 770 quintaux de farines à son peuple, 435 de pain, 66 de pâtes, 60 de riz et plus de 850 000 rations populaires.

Le monde du travail est également bouleversé par ses initiatives. Ainsi, les journées de travail sont réduites à 8 heures et les semaines passent de 72 heures travaillées à 40 heures. Le travail de nuit devient interdit pour les jeunes garçons et jeunes filles de moins de 18 ans. De nouvelles dispositions sont prises pour améliorer l’hygiène et qualité de vie en entreprise. En plus de l’assurance contre les risques du travail, l’assurance chômage et maladie voient le jour. Aussi, les allocations familiales sont considérablement augmentées pour atteindre la somme de 20% des recettes des impôts.

La vie de la population s’améliore considérablement pour l’époque. En 1925, 10 000 groupes musicaux sont créés en plus des 2 500 théâtres, 3 500 bibliothèques, 10 000 clubs sportifs et des 750 centres d’enseignement gratuit pour les plus pauvres. Entre 1922 et 1930, Mussolini fait quadrupler le nombre de cliniques et hôpitaux dans son pays.

Le 30 décembre 1933, le célèbre Times fait l’éloge du dirigeant Italien. Pour cause, l’Italie comptait en 1921 environ 541 000 chômeurs. Deux ans plus tard, elle n’en déclare plus que 122 000. Sa cote de popularité atteint les sommets.

Mussolini et les relations internationales

Dès le mois de mars 1932, le Duce d’Italie condamne les théories nazies antisémites et racistes. Il déclare : « Je ne crois pas qu’on puisse apporter la preuve biologique qu’une race est plus ou moins pure, plus ou moins supérieure à une autre. » Face à la montée du nazisme en Allemagne, il ouvre les frontières de son pays pour accueillir les Juifs étrangers.

En juin 1933, il reçoit à Rome les ministres des Affaires étrangères de la France et du Royaume-Uni afin de créer une solide alliance contre l’Allemagne. Dans un même temps, il établit de solides rapports amicaux et commerciaux avec l’URSS et dès 1924, un traité de commerce est même signé entre les deux nations. A cette période déjà, Mussolini veut établir une alliance entre son pays, l’URSS, la France et le Royaume-Uni pour encercler l’Allemagne qu’il continue de craindre.

Pour mieux sonder les intentions du dictateur Allemand à l’égard de l’Autriche, il reçoit Hitler en juin 1934. Il en profite pour déclarer que ce même pays doit conserver son indépendance et sa totale liberté.

Mais le 25 juillet de la même année, les nazis assassinent le chancelier Autrichien Dollfuss, ami de Mussolini. En réaction, le dirigeant Italien mobilise son armée pour voler au secours de l’Autriche. Parallèlement, il compte sur le soutien de la France et du Royaume-Uni. Mais les deux démocraties ne réagissent pas et aucune alliance ne sera clairement définie. Cependant, l’action de l’armée Italienne suffit à faire reculer Hitler.

La guerre d’Ethiopie

Toujours à la recherche d’un rapprochement concret avec la France, il déclare, dans un discours daté du 6 octobre 1934, souhaiter une entente avec la France. Indirectement, il veut aussi s’assurer que son voisin restera neutre dans la guerre qu’il envisage de faire à l’Ethiopie.

Un peu plus tard et sa plus grande surprise, il apprend que le Royaume-Uni vient unilatéralement de signer un accord d’armement avec Hitler. Accord qui permet ainsi à l’Allemagne de se doter d’une force maritime relativement égale à celle des Britanniques.

L’Italie envahie l’Ethiopie sans déclaration de guerre au cours du mois d’octobre 1935. Aussitôt et via la Société des Nations, la France et le Royaume-Uni condamnent ouvertement et demandent des sanctions économiques. Bien entendu, Hitler se garde bien de voter ces dernières. Il va même par la suite fournir au Duce de l’acier, du charbon et des produits chimiques.

De son côté, Mussolini se dit dégoûté de voir les deux plus grandes puissances coloniales lui donner des leçons. Cependant, lorsque, le 7 mars 1936, l’Allemagne réoccupe la Rhénanie, il essaye une nouvelle fois d’agir autour de la France et du Royaume-Uni. Mais une fois de plus, il se retrouve seul. Léon Blum, récemment arrivé à la tête du gouvernement français, refuse toute offre Italienne.

Une nouvelle fois, Benito Mussolini est déçu. Et comme les temps ne font pas bon présage à rester isoler, il se tourne une bonne fois pour toute vers Hitler. Ainsi, l’Italie tombe dans le piège du nazisme et c’est bien la population qui va en subir les conséquences.

→ En lien avec cet article : le discours du 2 octobre 1935 de Mussolini

 

Sources et autres articles de la même famille :

De Gaulle

De Gaulle

Un film qui retrace principalement l’appel du 18 juin du Général de Gaulle, en plein cœur d’une débâcle morale, politique et militaire. [Résumé et bande-annonce]

Aucun résultat

La page demandée est introuvable. Essayez d'affiner votre recherche ou utilisez le panneau de navigation ci-dessus pour localiser l'article.

Tous les évènements de la Seconde Guerre mondiale en France par années ↓

L’article Pourquoi Mussolini s’est tourné vers Hitler ? est apparu en premier sur Fortitude.

]]>
https://fortitude-ww2.fr/pourquoi-mussolini-sest-tourne-vers-hitler/feed 0 5210
Hitler et la paix en Europe https://fortitude-ww2.fr/hitler-et-la-paix-en-europe https://fortitude-ww2.fr/hitler-et-la-paix-en-europe#respond Thu, 03 Sep 2020 12:19:27 +0000 https://fortitude-ww2.fr/?p=5026 Hitler fait croire à son désir de paix. Extrait du discours du 21 mai 1935.

L’article Hitler et la paix en Europe est apparu en premier sur Fortitude.

]]>

Hitler et la paix en Europe

Discours de Hitler au Reichstag

Durant les premières années de sa prise du pouvoir, Hitler veut faire croire qu’il est un homme de paix. Au travers de plusieurs discours, il annonce s’opposer à toute forme de guerre, qui selon lui, n’apporterait rien de bon à l’Europe. 

Pourtant et au même moment, il prépare justement son pays à la guerre par une forte politique de réarmement massive.

 

L’extrait du discours ci-dessous est daté du 21 mai 1935, il est prononcé au Reichstag. Une nouvelle fois, Adolf Hitler met en avant la paix. Pourtant et dès 1933, le dictateur viole le traité de Versailles en poussant les effectifs de son armée à 300 000 hommes, alors qu’il ne peut dépasser les 100 000.

Dans les même heures, il annonce la création d’une armée de l’air ; la Lufftwaffe qui en l’espace de cinq années, deviendra la première force aérienne au monde. Pourtant, le traité de 1919 le lui en interdit formellement. Le 16 mars 1935, le service militaire obligatoire est rétabli, une nouvelle fois à l’encontre du traité de paix.

L’industrie de guerre allemande monte alors en puissance et l’armée prend une place centrale au cœur du régime nazi. L’Allemagne ne fait finalement que gagner un temps précieux.

Sur le même sujet → Les sanctions imposées à l’Allemagne par le traité de Versailles.

Hitler, le 21 mai 1935 :

« […] Le sang versé depuis 300 ans sur le continent européen est hors de proportion avec ce a quoi ont abouti, sur le plan national, les événements. En fin de compte, la France est restée la France ; l’Allemagne, l’Allemagne ; l’Italie, l’Italie, ect. Ce que l’égoïsme dynastique, la passion politique et l’aveuglement patriotique ont obtenu en changements politiques apparemment décisifs, après que des fleuves de sang eurent été répandus, cela n’a fait que gratter superficiellement les caractères nationaux des peuples, sans pratiquement rien changer à leurs caractéristiques essentielles. Si ces Etats avaient voué une part seulement minime de leurs holocaustes à des buts plus intelligents, le succès en aurait été plus grand et plus durable.

Si, en tant que national-socialiste, je défends ouvertement cette opinion, c’est que j’y suis également poussé par la constatation suivante : toute guerre dévore d’abord l’élite. Etant donné qu’il n’existe plus d’espace libre en Europe, une victoire ne pourrait tout au plus entraîner une augmentation du nombre des habitants d’un Etat, sans rien changer au danger pressant qui menace l’Europe. Si les nations tiennent tellement à atteindre ce résultat, elles peuvent l’obtenir sans larmes, d’une façon plus simple et surtout plus naturelle. Grâce à l’accroissement de la natalité, en peu d’années, une politique sociale saine peut donner à une nation plus d’enfants issus de son propre peuple que d’étrangers conquis et soumis par la guerre.

Non ! C’est par la plus profonde des convictions idéologiques que l’Allemagne national-socialiste veut la paix. Elle veut la paix à cause de cette simple constatation : aucune guerre ne pourrait apporter de remède aux malheurs de l’Europe, mais tout au plus les augmenter. L’Allemagne d’aujourd’hui est en plein labeur, elle soigne ses maux antérieurs. Aucune de nos tâches spirituelles ne verra son couronnement avant cinquante ou peut-être cent ans. J’ai donné le départ à la révolution national-socialiste en créant le mouvement ; je l’ai ensuite dirigée comme un combat. Je sais que nous tous nous ne vivrons que les débuts de cette profonde évolution. Que pourrais-je souhaiter d’autre que le calme et la paix ? Mais si quelqu’un prétendait que cela n’est que le désir des dirigeants, je me devrais de lui donner la réponse suivante : « Si seulement les dirigeants et les gouvernements voulaient la paix ! Les peuples eux-mêmes n’ont encore jamais souhaité la guerre ! »

L’Allemagne a besoin de paix, et veut la paix ! […] »

Page liée à cet article :

La France déclare la guerre à l’Allemagne

Sources et autres articles de la même famille :

De Gaulle

De Gaulle

Un film qui retrace principalement l’appel du 18 juin du Général de Gaulle, en plein cœur d’une débâcle morale, politique et militaire. [Résumé et bande-annonce]

Aucun résultat

La page demandée est introuvable. Essayez d'affiner votre recherche ou utilisez le panneau de navigation ci-dessus pour localiser l'article.

Tous les évènements de la Seconde Guerre mondiale en France par années ↓

L’article Hitler et la paix en Europe est apparu en premier sur Fortitude.

]]>
https://fortitude-ww2.fr/hitler-et-la-paix-en-europe/feed 0 5026
Les conséquences de la crise économique de 1929 sur l’Allemagne https://fortitude-ww2.fr/les-consequences-de-la-crise-economique-de-1929-sur-lallemagne https://fortitude-ww2.fr/les-consequences-de-la-crise-economique-de-1929-sur-lallemagne#respond Thu, 03 Sep 2020 08:32:50 +0000 https://fortitude-ww2.fr/?p=4971 Comment la crise économique de 1929 permet à Hitler d'accéder à la Chancellerie.

L’article Les conséquences de la crise économique de 1929 sur l’Allemagne est apparu en premier sur Fortitude.

]]>

La crise économique de 1929 : des conséquences repercutées jusqu’en Allemagne.

Hitler profite de la crise économique de 1929

Hitler va profiter des effets de la crise économique.

La crise économique de 1929 démarre aux Etats-Unis par une chute spectaculaire et inédite des cours de la bourse de New-York. Elle débute le 24 octobre 1929, le « jeudi noir » et s’accentue encore davantage le 29 octobre, le « mardi noir ».

Des millions de titres sont mis en vente, sans trouver le moindre acheteur, ce qui entraîne la faillite de nombreuses banques suite à l’effondrement des cours de 30 à 40%.

Rapidement, la crise économique se transforme en crise générale et se propage jusqu’en Europe et donc en Allemagne. Aux USA, elle provoque l’effondrement des prix, l’accumulation de stocks invendus et les entreprises doivent licencier pour résister. La production industrielle est divisée par deux et le chômage explose. Il passe de 4 millions de chômeurs en 1929 à 12 millions en 1932, soit un quart de la population active américaine.

Les conséquences de la crise économique de 1929 sur l’Allemagne

Inévitablement, la crise économique se propage sur le continent européen. Si l’ensemble des pays en subissent fortement les conséquences, l’Allemagne elle, est touchée de plein fouet.

A l’issue de la Première Guerre mondiale, cette dernière est économiquement ruinée. Elle doit en plus faire face à des sanctions et dettes très importantes, imposées par le traité de Versailles.

De leur côté, et dans le but de faire fructifier leur économie, les USA ont massivement investi en Allemagne. Mais lorsque le besoin de liquidités se fait ressentir, ces dernières sont rapatriées dans l’urgence. L’Allemagne se retrouve seule devant son économie qui s’effondre brutalement.

La politique de déflation monétaire

Face à cette situation inédite, le chancelier allemand, Heinrich Brüning, met en place une forte politique de déflation monétaire.

Ainsi, il fait le choix de réduire les dépenses publiques de 25%. Il baisse aussi les salaires des fonctionnaires de 10% tout comme les allocations-chômage de 14%. De plus, les impôts sont augmentés de 15% et de nouvelles taxes sur le sucre, le tabac ou encore la bière sont crées.

Si ces mesures permettent doucement le redressement économique du pays, elles accentuent également le chômage, qui grimpe à 33,8% en 1932, en plus de provoquer un mécontentement général de la population.

Pour cause, environ six millions d’allemands sont au chômage, se retrouvent sans revenus, parfois même sans logement et de nombreuses entreprises (souvent de petite taille) font faillite.

 

Hitler porté au pouvoir

Si au début des années 30 le parti nazi est devenu important, il ne l’est cependant pas assez pour remporter les élections présidentielles de 1932. Hitler s’incline avec 36,8% des voix face à l’actuel Président, Paul von Hindenburg.

Cependant, effet de cause de la crise économique, les riches industriels, les hommes d’affaires et même le Président de la Reichsbank, Hjalmar Schacht, se rangent du côté du parti nazi. Ces importantes têtes réclament la nomination d’un « homme fort » à la tête de la chancellerie. Bien évidemment, il ne peut s’agir que de Hitler.

Chose faite, le lundi 30 janvier 1933, le Président Paul von Hindenburg nome Hitler Chancelier du Reich. Le 1er février de la même année, le futur dictateur demande la dissolution du parlement allemand, qui lui sera accordée.

La suite des évènements appartient à l’histoire. Hitler assoit son emprise sur un pouvoir qu’il ne quittera plus jusqu’à sa mort.

 

Page liée à cet article :

La France déclare la guerre à l’Allemagne

A lire également :
De Gaulle

De Gaulle

Un film qui retrace principalement l’appel du 18 juin du Général de Gaulle, en plein cœur d’une débâcle morale, politique et militaire. [Résumé et bande-annonce]

Aucun résultat

La page demandée est introuvable. Essayez d'affiner votre recherche ou utilisez le panneau de navigation ci-dessus pour localiser l'article.

Tous les évènements de la Seconde Guerre mondiale en France par années ↓

L’article Les conséquences de la crise économique de 1929 sur l’Allemagne est apparu en premier sur Fortitude.

]]>
https://fortitude-ww2.fr/les-consequences-de-la-crise-economique-de-1929-sur-lallemagne/feed 0 4971
Les sanctions imposées à l’Allemagne par le Traité de Versailles https://fortitude-ww2.fr/les-sanctions-imposees-a-lallemagne-par-le-traite-de-versailles https://fortitude-ww2.fr/les-sanctions-imposees-a-lallemagne-par-le-traite-de-versailles#respond Wed, 02 Sep 2020 22:37:18 +0000 https://fortitude-ww2.fr/?p=4942 L'arme électorale de Hitler.

L’article Les sanctions imposées à l’Allemagne par le Traité de Versailles est apparu en premier sur Fortitude.

]]>

Le Traité de Versailles et les sanctions allemandes

Le traité de Versailles est un traité de paix signé à la fin de la Première Guerre mondiale entre les Alliés et l’Allemagne le 28 juin 1919.

Signé dans la Galerie des Glaces du château de Versailles, il stipule la création de la Société des Nations (SDN), qui a pour mission de maintenir la paix entre les différentes nations, ainsi que les sanctions prises contre l’Allemagne. Rédigé en français et en anglais, il présente notamment l’Allemagne comme seul responsable des dommages causés par la guerre. Ainsi, les sanctions se classent en trois catégories ; les sanctions territoriales, les sanctions militaires et enfin, les sanctions économiques et financières.

Les sanctions territoriales

On peut énumérer dans cette partie du traité de Versailles, six points importants qui vont directement affecter l’Allemagne et sa zone géographique. Ils en sont les suivants :

  • La Pologne et la Tchécoslovaquie sont déclarées indépendantes.
  • Dans un nouveau périmètre géographique, l’Autriche est également déclarée indépendante. Il faut ajouter à ce point une interdiction formelle à l’Allemagne d’élaborer toute tentative d’annexion du pays.
  • L’Alsace et la Lorraine sont restituées à la France.
  • Le Bassin de la Sarre est placé sous administration internationale pour les quinze prochaines années. Il sera sous mendat de la Société des Nations, nouvellement crée.
  • En plus d’importants territoires situés à l’est de l’Allemagne, Dantzig devient une ville libre. Cette décision permet ainsi à la Pologne de bénéficier d’un accès direct à la mer. Cependant, la Prusse-Orientale qui elle, est restée allemande, se retrouve séparée de l’Allemagne.
  • L’Allemagne doit renoncer, à titre de compensations, à son empire colonial comprenant le Cameroun, le Togo, la Tanzanie, le Rwanda, le Burundi, la Namibie et la Nouvelle-Guinée.

Au final, l’Allemagne perd 15% de son territoire et environ 10% de sa population qui profite principalement à la France et à la Belgique mais aussi au Danemark et à la Pologne, nouvellement recrée.

 

Les sanctions militaires

Pour les Alliés qui rédigent ce traité, l’objectif est le maintien de la paix en Europe. Ainsi, ces derniers en concluent que l’Allemagne ne doit plus être en capacité de se montrer menaçante par ses forces armées. Des sanctions sont donc prises pour limiter son pouvoir afin de protéger ses pays voisins :

 

  • L’Allemagne doit livrer aux Alliés 5 000 canons, 25 000 avions, plusieurs blindés et la totalité de sa flotte maritime.
  • Le réarmement est strictement limité, l’acquisition de blindés, d’avions et d’artilleries lui sont totalement interdites.
  • Le service militaire est aboli et l’armée allemande ne peut dépasser un effectif de 100 000 soldats.
  • La rive gauche du Rhin ainsi que Mayence et Cologne sont démilitarisées.
Les sanctions économiques et financières

Même si elle ne tient (ici) qu’en quelques lignes, il s’agit probablement de la plus lourde sanction imposée à l’Allemagne. Cette dernière entrainera d’innombrables difficultés économiques à ce pays dans les années à venir et ne feront que s’accentuer davantage lors de la crise de 1929.

  • L’Allemagne doit payer 132 milliards de marks-or au vainqueurs. Soir l’équivalent de 47 tonnes d’or. La Belgique, pays le plus touché, sera le premier indemnisé. Ce qui lui permettra de se reconstruire rapidement.
  • L’Allemagne perd la propriété de tous ses brevets et l’aspirine, par exemple, déposée par Bayer, tombe dans le domaine public.
  • Le pays doit également renoncer à ses conventions douanières.

L’Allemagne terminera de régler sa dette le 3 octobre 2010.

 

Le traité de Versailles, ou l’arme électorale de Hitler

Si ce traité à pour objectif de maintenir la paix en Europe, il est inégalement élaboré et la population allemande va terriblement en souffrir et bien sûr, en payer le coût.

Hitler l’a déjà compris depuis de nombreuses années et va en faire une véritable arme électorale pour gagner les voix qui, au final, le porteront au pouvoir au début de l’année 1933.

On lit souvent que c’est la crise économique de 1929 qui est parvenue à motiver les allemands à voter Hitler. En réalité, le parti nazi ne fait jamais mieux que 37% des voix aux élections présidentielles. Insuffisant pour remporter ces dernières.

Ce sont plutôt les conséquences économiques qui viennent considérablement aggraver les sanctions du traité de Versailles qui vont pousser les riches industriels et hommes d’affaire allemands à réclamer la nomination de Hitler au poste de chancelier.

Si ce traité n’avait pas été aussi sévère et inégal, peut-être l’Allemagne aurait traversée cette grave période d’une manière différente, probablement avec moins de rencoeur et une envie de vengeance nettement moins présente…

 

Page liée à cet article :

La France déclare la guerre à l’Allemagne

A lire également :
De Gaulle

De Gaulle

Un film qui retrace principalement l’appel du 18 juin du Général de Gaulle, en plein cœur d’une débâcle morale, politique et militaire. [Résumé et bande-annonce]

Aucun résultat

La page demandée est introuvable. Essayez d'affiner votre recherche ou utilisez le panneau de navigation ci-dessus pour localiser l'article.

Tous les évènements de la Seconde Guerre mondiale en France par années ↓

L’article Les sanctions imposées à l’Allemagne par le Traité de Versailles est apparu en premier sur Fortitude.

]]>
https://fortitude-ww2.fr/les-sanctions-imposees-a-lallemagne-par-le-traite-de-versailles/feed 0 4942
La biographie de référence signée Ian Kershaw https://fortitude-ww2.fr/hitler https://fortitude-ww2.fr/hitler#respond Thu, 27 Aug 2020 20:52:32 +0000 https://fortitude-ww2.fr/?p=4718 D'une précision chirurgicale.

L’article La biographie de référence signée Ian Kershaw est apparu en premier sur Fortitude.

]]>

Hitler – Ian Kershaw

Hitler Ian Kershaw

Sans aucun doute, il s’agit de la référence ultime sur la vie d’Adolf Hitler.

De sa naissance, en passant par sa nonchalante adolsence, ses débuts dans l’armée allemande, sa prise de pouvoir et tous les évènements qui s’en suivent jusqu’à sa mort dans son bunker de la Chancellerie, l’ouvrage de Ian Kershaw est incroyablement complet et d’une précision chirurgicale.

S’il faut reconnaitre que Hitler avait plusieurs qualités notables, on découvre surtout que les événements des années 30 ont fortement joués en sa faveur. A une autre époque, dans une autre société, Hitler aurait probablement vendu ses toiles dans les rues de Vienne, jusqu’au dernier jour de sa vie.

 

 

Résumé

« Comment Hitler a-t-il été possible ? Comment un désaxé aussi bizarre a-t-il pu prendre le pouvoir en Allemagne, pays moderne, complexe, développé et culturellement avancé ? Comment a-t-il pu, à partir de 1933, s’imposer à des cercles habitués à diriger, bien éloignés des brutes nazies ? Comment a-t-il réussi à entraîner l’Allemagne dans le pari catastrophique visant à établir la domination de son pays en Europe, avec, en son cœur, un programme génocidaire terrible et sans précédent ? La réponse à ces questions, je ne l’ai trouvée qu’en partie dans la personnalité de l’étrange individu qui présida aux destinées de l’Allemagne au cours de douze longues années. Hitler, ceux qui l’admiraient comme ceux qui le dénigraient en convenaient, était une personnalité extraordinaire. Il avait de grands talents de démagogue ainsi qu’un œil sûr, qui lui permettaient d’exploiter impeccablement la faiblesse de ses adversaires. On peut l’affirmer avec certitude : sans Hitler, l’histoire eût été différente. Cela donne à penser que la clé de l’énigme est à chercher moins dans la personnalité de Hitler que dans les changements vécus par la société allemande elle-même, traumatisée par une guerre perdue, l’instabilité politique, la misère économique et une crise culturelle. À toute autre époque, Hitler serait certainement resté un néant. » Ian Kershaw

En lien avec l’article ci-dessus :

→ Le discours de Churchill du 5 octobre 1938

Devant la chambre des communes, Winston Churchill prononce un discours mémorable et dénonce les Accords de Munich.

Discours Winston Churchill

L’article La biographie de référence signée Ian Kershaw est apparu en premier sur Fortitude.

]]>
https://fortitude-ww2.fr/hitler/feed 0 4718
Les 50 discours qui ont marqué la Seconde guerre mondiale https://fortitude-ww2.fr/les-50-discours-qui-ont-marque-la-seconde-guerre-mondiale https://fortitude-ww2.fr/les-50-discours-qui-ont-marque-la-seconde-guerre-mondiale#respond Thu, 27 Aug 2020 14:51:42 +0000 https://fortitude-ww2.fr/?p=4696 Une autre façon de revisiter l'histoire

L’article Les 50 discours qui ont marqué la Seconde guerre mondiale est apparu en premier sur Fortitude.

]]>

Les 50 discours qui ont marqué la Seconde guerre mondiale

Les 50 discours qui ont marqué la seconde guerre mondiale

Dominique Mongin vous propose une sélection étonnante et captivante des 50 discours qui ont marqué la Seconde guerre mondiale. 

De Churchill à Mussolini, en passant évidemment par de Gaulle, Hitler et bien d’autres personnalités politiques de cette période, c’est une occasion unique de redécouvrir l’histoire d’une nouvelle manière.

Plus que de simples discours, vous y trouverez également une analyse pertinante, pointue et recontextualisée.

Je vous recommande entièrement ce livre qui, à sa façon, nous fait découvrir ou redécouvrir la Seconde guerre mondiale d’un oeil politique plutôt que militaire. 

 

 

Résumé

Ce livre propose une lecture originale de l’histoire de la Deuxième Guerre mondiale à travers 50 discours prononcés par les principaux acteurs du conflit. Parmi ceux-ci : Blum, Chamberlain, Churchill, Daladier, Eisenhower, Franco, de Gaulle, Goebbels, Himmler, Hirohito, Hitler, Léopold III, Mussolini, Pétain, Pie XII, Pilet-Golaz, Roosevelt, Staline, Truman, etc.

Chaque discours est replacé dans son contexte historique, expliqué – tant du point de vue de son origine que de sa portée – et mis en perspective avec les grandes décisions qui ont rythmé le déroulement de la guerre.

Cette démarche permet de comprendre la postérité de ces discours et la place qu’ils occupent dans la mémoire collective.

La première partie de l’ouvrage concerne la période 1935-1939 et met en exergue l’échec du système de « sécurité collective ».
La deuxième partie s’intéresse aux débuts du conflit (1939-1940) et donne des coups de projecteurs sur la Guerre éclair, la Drôle de guerre, la Résistance et la Collaboration.
La troisième partie (1941-1942) montre comment d’une guerre « régionale », limitée à l’Europe, on est passé à une guerre mondiale.
La quatrième partie (1943-1945) traite de la progression des Alliés vers la victoire finale et l’avènement d’un nouvel ordre international.

Préface de Maurice Vaïsse, professeur des Universités à l’Institut d’Études politiques de Paris.
La sélection des discours, leur présentation et leur mise en perspective historique ont été réalisées par Dominique Mongin, docteur en histoire (Université de Paris-I Panthéon-Sorbonne), spécialiste de l’histoire des relations internationales contemporaines.

En lien avec l’article ci-dessus :

→ Le discours de Churchill du 5 octobre 1938

Devant la chambre des communes, Winston Churchill prononce un discours mémorable et dénonce les Accords de Munich.

Discours Winston Churchill

→ Hitler – Ian Kershaw

La biographie ultime pour connaître la vie de Hitler, de sa naissance jusqu’à sa mort. Une biographie d’une précision chirurgicale.

Hitler Ian Kershaw

L’article Les 50 discours qui ont marqué la Seconde guerre mondiale est apparu en premier sur Fortitude.

]]>
https://fortitude-ww2.fr/les-50-discours-qui-ont-marque-la-seconde-guerre-mondiale/feed 0 4696
L’attentat du Düsseldorf https://fortitude-ww2.fr/lattentat-du-dusseldorf https://fortitude-ww2.fr/lattentat-du-dusseldorf#respond Sat, 22 Aug 2020 20:14:22 +0000 https://fortitude-ww2.fr/?p=4544 L’un des premiers actes de résistance sous l’occupation allemande.

L’article L’attentat du Düsseldorf est apparu en premier sur Fortitude.

]]>

L’attentat du Düsseldorf

Fait encore trop méconnu de la Seconde guerre mondiale, l’attentat du Düsseldorf est l’un des premiers actes de résistance sous l’occupation allemande, en France.

Signée le 22 juin 1940, l’armistice entre les deux pays est entrée en vigueur, la France est divisée en deux territoires et l’occupation s’installe dans la partie nord du pays. Ainsi, l’armée allemande prend possession de Dieppe et l’activité militaire bat déjà son plein dans le port de la ville.

Nous sommes le 23 août 1940, alors que le remorqueur du capitaine belge, Joseph Godu, rebaptisé Düsseldorf par l’occupant, traverse le chenal du port, ce dernier explose avec 36 hommes de la Wehrmacht à son bord.

Le Düsseldorf : une histoire franco-belge

Joseph Godu est un jeune belge de 23 ans. Durant l’offensive ennemie, il perd son père lors d’un bombardement allemand. Réquisitionné, il fait la rencontre de Jean De Ruyck, un mécanicien français de 32 ans ayant le même statut que lui. Sûrement d’un refus de vivre sous l’occupation, les deux hommes décident de passer à l’action. 

Le 23 août, Joseph Godu déclare à la serveuse d’un café de Dieppe, où il a ses habitudes : « Aujourd’hui, c’est le grand jour ! ». Il abandonne sa casquette, ses papiers et sa monnaie, et ajoute :  » Je n’en ai plus besoin. Achetez des fleurs, vous irez les jeter dans le bassin tout à l’heure ».

Quelques minutes plus tard, une explosion retentie. Le jeune belge fait exploser son navire alors qu’il est lui-même à bord, accompagné de Jean De Ruyck et de 36 militaires allemands. Il n’y a aucun survivant. 

 

Un fait de Résistance longtemps caché

L’attentat du Düsseldorf n’est découvert qu’en 1960 grâce au travail de l’historien Claude Féron. Cette année-là, il rencontre un ancien marin du Neustrie (le Düsseldorf avant qu’il ne soit rebaptisé). Sans délai, Henri Dubois lui explique comment et pourquoi ce 23 août 1940, il avait bien embarqué à bord du navire mais avait refusé de rester à bord.

Au final, le travail des deux hommes permet de faire triompher la vérité. A l’époque, les allemands camouflent les faits et selon elle, l’attaque est un accident. Le navire aurait heurté une mine marine avant que le drame ne tombe dans l’oubli. Depuis cette découverte, une cérémonie annuelle se tient en hommage des deux sacrifiés.

 

L’article L’attentat du Düsseldorf est apparu en premier sur Fortitude.

]]>
https://fortitude-ww2.fr/lattentat-du-dusseldorf/feed 0 4544
De Gaulle https://fortitude-ww2.fr/de-gaulle https://fortitude-ww2.fr/de-gaulle#respond Wed, 04 Mar 2020 08:19:41 +0000 https://fortitude-ww2.fr/?p=2807 Un film qui retrace principalement l'appel du 18 juin du Général de Gaulle, en plein cœur d'une débâcle morale, politique et militaire. [Résumé et bande-annonce]

L’article De Gaulle est apparu en premier sur Fortitude.

]]>

Synopsis

Mai 1940. La guerre s’intensifie, l’armée française s’effondre, les Allemands seront bientôt à Paris. La panique gagne le gouvernement qui envisage d’accepter la défaite. Un homme, Charles de Gaulle, fraîchement promu général, veut infléchir le cours de l’Histoire. Sa femme, Yvonne de Gaulle, est son premier soutien, mais très vite les évènements les séparent. Yvonne et ses enfants se lancent sur les routes de l’exode. Charles rejoint Londres. Il veut faire entendre une autre voix : celle de la Résistance.

Les séances prochent de chez vous

Bande annonce

L’article De Gaulle est apparu en premier sur Fortitude.

]]>
https://fortitude-ww2.fr/de-gaulle/feed 0 2807
Charles Fernbach : découverte d’un résistant https://fortitude-ww2.fr/charles-fernbach-resistant https://fortitude-ww2.fr/charles-fernbach-resistant#respond Sun, 09 Feb 2020 09:49:40 +0000 https://fortitude-ww2.fr/?p=2783 Charles Fernbach, résistant du Bas-Rhin

L’article Charles Fernbach : découverte d’un résistant est apparu en premier sur Fortitude.

]]>

Le 4 février dernier, Patrick nous a envoyé une carte retrouvée dans la cave de ses parents. Cette dernière appartenait à son grand-père, Charles Fernbach (voir article concerné). Nous avons interrogé Fabrice.G, chef du département de recherche et pédagogie de la Fondation de la Résistance. Voici sa réponse :

Cher monsieur,

Je n’ai aucune information concernant la personne qui figure sur la carte. Si vous souhaitez en obtenir, le meilleur endroit est le Service historique de la Défense (SHD) à Vincennes qui renferme les dossiers individuels de toutes les personnes qui ont obtenu à la fin de la guerre le statut de résistant, ce qui est donc le cas ici.

Une telle carte délivrée en 1945 a la même fonction qu’une carte d’ancien combattant. Cela confère quelques avantages (le fait de pouvoir toucher une pension par exemple). Les résistants ont rempli à la fin de la guerre des dossiers pour être « homologué » et obtenir ce statut. Il fallait pour cela pouvoir justifier d’un certain nombre de conditions (avoir effectivement appartenu à une organisation résistante-réseau, mouvement, maquis et être resté une certaine période dans la résistance).

Fabrice.G

Chef du département de recherche et pédagogie, Fondation de la Résistance

La poursuite des recherches

Je dois bien avouer ressentir une certaine firté et une très grande reconnaissance envers Patrick qui m’a envoyé la carte de son grand-père. C’est aussi dans ce but-là que j’ai créé Fortitude ! Pouvoir reconnaître ceux qui ont risqué leur vie pour notre liberté.

C’est une véritable découverte puisque Charles Fernbach n’est listé sur aucune liste de résistants (comme certainement de nombreux autres personnes). Du moins, à l’état actuel de nos recherches. Le « combat » va donc continuer pour tenter d’en savoir plus sur la vie et les activités passées de Charles…

N’hésitez pas, vous aussi, à participer sur Fortitude en nous envoyant vos documents ou en nous aidant dans nos recherches ! Cet article sera mis à jour au fur et à mesure de nos découvertes.

Matthieu

Webmaster, Fortitude WW2

Comme Patrick, vous avez également la possibilité de nous envoyer vos contributions ! Pour en savoir plus, cliquez sur le bouton ci-dessous.

Aucun résultat

La page demandée est introuvable. Essayez d'affiner votre recherche ou utilisez le panneau de navigation ci-dessus pour localiser l'article.

Le discours radiodiffusé du 2 octobre 1935 de Mussolini

Le discours radiodiffusé du 2 octobre 1935 de Mussolini

Mussolini et la conquête de l'Ethiopie Alors que l'Italie de Mussolini s'apprête à envahir l'Ethiopie, qu'il considère comme un "peuple de barbares" le Duce, dans un discours radiodiffusé, dénonce le comportement des Alliés et de la Société des Nations qui viennent de...

lire plus

L’article Charles Fernbach : découverte d’un résistant est apparu en premier sur Fortitude.

]]>
https://fortitude-ww2.fr/charles-fernbach-resistant/feed 0 2783