La batterie de Longues-Sur-Mer

par

Vous êtes de passage dans le Calvados ? Prenez donc une petite heure pour visiter la batterie de Longues-Sur-Mer ! Partie constituante du mur de l’Atlantique, trois des quatres canons de 150mm, ainsi que leurs boucliers, sont encore présents ! Entrez dans les casemates encore en très bon état et découvrez plus loin, le poste de commandement et de direction de tir.

Entièrement faite de béton et d’acier, la batterie de Longues-Sur-Mer est l’une des douze batteries, géographiquement capable, d’empêcher le débarquement des Alliés. Construite à partir de 1943, elle est partie composante du mur de l’Atlantique (qui s’étend alors de la frontière Espagnole jusqu’au nord de la Norvège) et entre officiellement en service le 25 avril 1944. Contrôlée par la Kriegsmarine (Marine Allemande), environ 180 militaires y prennent position quotidiennement. Ses quatre canons ont une portée d’environ 20 kilomètres au large de la Manche. Dans le viseur de cette batterie, se trouvent également les plages d’Omaha Beach et de Gold Beach et par la force de choses, les navires et embarcations Alliés.

Dans la semaine qui précède le 6 juin 1944, la batterie de Longues-Sur-Mer est bombardée et subit d’importants dégâts techniques. En effet, les câblages qui relient les casemates au poste de commandement sont coupés. Les soldats Allemands doivent donc communiquer par signaux visuels depuis le poste de direction de tir, situé à environ 300 mètres plus en avant. Ainsi, et même si les canons restent en état de fonctionnement, ses capacités de réaction, de précision et donc de défense, sont considérablement réduites.

Le jour du débarquement, le HMS Ajax et le HSM Argonaut, deux croiseurs de la Royal Navy, s’approchent et tirent à 179 reprises sur la batterie et détruisent deux canons. Un peu plus tard, les Allemands ouvrent une nouvelle fois le feu sur les Américains qui débarquent sur Omaha Beach. Finalement, c’est le croiseur français Georges Leygues qui met définitivement hors service les canons de Longues-Sur-Mer. Le lendemain, alors qu’une partie du bataillon de protection de la batterie est rappelée à Bayeux, la RAF bombarde une nouvelle fois les lieux. En fin de matinée, la compagnie C du deuxième régiment anglais du Devonshire prend possession des lieux et font 120 prisonniers Allemands.

Batterie de Longues-sur-mer

J’ai particulièrement et personnellement apprécié la visite de ce site classé « monument historique »  !

Par son état général, on s’imagine facilement le fonctionnement de la batterie et on se plonge volontiers 75 années en arrière. Pour cela, il faut cependant imaginer ces salles de béton armé, enterrées sous plusieurs mètres de terre. A l’époque, elles ne sont pas découvertes à ce point ! D’ailleurs, les petits trous que vous apercevez sur les extrémités ne sont pas des dégradations de guerre mais bien un élément de camouflage. Les Allemands s’en servaient alors pour faire pousser des herbes hautes afin de fondre les bâtiments dans le paysage !

Entrez dans ces fameuses casemates (sauf celle qui est éventrée) dont les murs et plafonds fond 2 mètres d’épaisseur puis visitez chaque petit mètre carré. Au fond et dans chacune d’elle, se trouvent deux petites salles. L’une servait à stocker la poudre de tir et l’autres les obus. Profitez des lieux ! Touchez ces incroyables et imposants canons toujours en place puis montez sur les toits pour admirez une vue sublime sur la mer.

Déconnecté de ce qu’il a été en 1944, le paysage est désormais calme voir apaisant alors que des hommes ont vécu l’enfer ici-même… 

L’accès est simple et se fait via une départementale. Vous traversez plusieurs petits villages qui, durant l’occupation était en zone interdite. Il y a un parking pour stationner facilement !

Matthieu

Fortitude

Batterie Longues-sur-mer

Pin It on Pinterest

Share This