Témoignages de la Seconde Guerre mondiale

Panique dans les Ardennes

Témoignage du Capitaine Raymond

« Là ce ne sont plus des réfugiés qui sillonnent les routes, mais des soldats débandés qui refluent sans ordre, débraillés et pour beaucoup sans armes. Tous les corps sont mélangés, les uns vont mornes, hébétés, les autres racontent des histoires effrayantes des bombardements par avions, d’attaques de chars et veulent à tout prix prouver qu’ils sont des héros. C’est possible, mais ils n’en donnent pas l’impression…

Direction Drancy

Témoignage de Rachel Jedinak

« J’ai vu des gens sur le bord des trottoirs nous regarder passer comme un troupeau. J’ai vu des gens faire le signe de croix les larmes aux yeux. J’en ai vu d’autres nous montrer du doigt en riant. Et malgré mes 8 ans, j’ai compris que les Parisiens étaient très partagés quant à notre sort…

Direction Drancy

Témoignage de Maurice Garçon

« Les enfants étaient montés « pour voir » aux étages supérieurs, je les y ai rejoints. Spectacle magnifique et de fête. Le bouquet du 14 juillet républicain était moins éblouissant au temps où l’on avait le droit de se réjouir encore de quelque chose.

L’horizon entier du côté d’Asnières et de Gennevilliers, surtout, était embrasé par d’immenses incendies. Dans le ciel, les faisceaux des projecteurs se croisaient, cherchant dans l’infini la trace ou l’apparence des oiseaux redoutables…

La magie de Noël malgré la guerre

Témoignage de Raymond Ruffin

« Encore un Noël de guerre ! Le troisième ; depuis le 20, nous sommes en vacances. Nous nous réveillons dans une pièce glaciale. Les vitres de la fenêtre sont couvertes d’arabesques givrées car au-dehors, le froid est intense…

A bord d’un Spitfire

Témoignage de Pierre Claustermann

« Le Me-109 se déchire soudain comme du papier de soie, éclate comme une grenade. Une aile vole d’un côté, le moteur et la moitié du fuselage continuent de tomber comme une torpille, tandis que les empennages et les débris voltigent de tous côtés…

Le Débarquement de Normandie

Témoignage de Monsieur Navet

« Mais un peu plus tard, mon père s’est rendu au village et est monté à l’étage de la mairie : de là-haut, on voyait la mer. Et il a vu la mer noire de bateaux. Il est rentré quatre à quatre à la maison, tout excité…

Les Allemands approchent Sedan

Témoignage du Capitaine Simonin

« C’est effrayant, on se demande alors si on ne rêve pas ! Le lieutenant explique alors qu’ayant voulu rentrer en contact avec l’état-major de son groupe, celui-ci était déjà parti sans lui donner ni ordres, ni instructions…

Retour à Birkenau

Témoignage de Ginette Kolinka

« Les phares nous aveuglent. Des soldats hurlent : ??????? ! On nous pousse, on nous soulève de force, on nous fait signe de descendre. Des femmes s’accrochent à leur maigre bagage, mais on les en empêche, on leur tord le bras, les valises restent là…

Les Allemands sont chez nous

Témoignage de Dominique Missika

« Il faut s’habituer aux patrouilles militaires qui parcourent les villes tandis que les soldats s’installent dans les cafés du centre ou se promènent. Il n’est pas rare de les entendre chanter, marcher au pas ou défiler…

La pénurie de tout augmente

Témoignage de Maurice Garçon

« L’inquiétude se traduit sous des formes curieuses. J’ai passé hier un moment à l’Hôtel des ventes. Les gens y achetaient n’importe quoi à des prix invraisemblables. On ne veut pas garder d’argent…

Passer la ligne de démarcation

Témoignage de Maurice Garçon

« D’un petit réduit sort une grande jeune femme en uniforme. Elle jette un regard dédaigneux sur les femmes qui referment leurs sacs et valises bouleversées. D’un geste, elle les invite à la suivre dans une cabine d’où elles ressortent au bout de dix minutes, dépeignées et rouges…

L’attaque des Allemands à Oignies

Témoignage de Jacqueline Gamand

« Dehors, petits et grands avancions les bras en l’air. Nous avons abouti rue Declercq. Les maisons brûlaient partout sur notre passage. Des cadavres de civils, de soldats et d’animaux jonchaient les trottoirs…

La rafle du Vél d’Hiv

Témoignage de Annette Muller

« Au milieu du bruit confus, toute la journée, des haut-parleurs appelaient des noms. On disait que cela signifiait la libération immédiate. Certains criaient : « Je suis français, on ne peut pas me garder » et, le cou tendu vers les haut-parleurs assourdissants, ils espéraient…

  • Les publications de Fortitude sont sous la responsabilité de Matthieu MUGNERET.

 

© 2022 Fortitude. Tous droits réservés

Vous aimez l'histoire de la Seconde Guerre mondiale ?Rejoignez Fortitude sur Facebook !

Des témoignages, des photographies, des événements racontés et expliqués... et bien plus encore ! france année 1944

0

Pin It on Pinterest