Émile Bouétard, premier mort pour la Libération

Dans la nuit du 5 au 6 juin 1944, Émile Bouétard est parachuté au-dessus de la Bretagne avec 35 autres parachutistes de la France libre. Quelques minutes seulement après avoir refoulé ses terres natales, il trouve la mort, achevé par un soldat ennemi, après un bref mais dur combat. Il est considéré à ce jour comme « le premier mort des troupes débarquées pour la Libération ».

Émile Bouétard

Opération Dingson

Il est 21h15 ce lundi 5 juin 1944. A travers les postes de TSF, le signal tant attendu vient d’être donné : « Blessent mon cœur d’une longueur monotone« . Désormais, c’est une certitude ; d’ici 24 heures au plus tard, les soldats alliés feront face aux plages de Normandie.

A lire aussi → Les messages codés de la BBC

Au même moment, de l’autre côté de la Manche, les moteurs vrombissent déjà et peu avant minuit, les premiers avions engagés dans le cadre de l’opération Overlord décollent de Grande-Bretagne, lourdement chargés de matériels, d’équipements et de parachutistes.

Parmi ces derniers, 36 Français de la brigade d’élite britannique « Special Air Service » –  les SAS – réunis en quatre groupes de neuf soldats, vont être parachutés sous peu au-dessus de la Bretagne dans le cadre de l’opération « Dingson ». Leurs missions : rassembler, équiper et encadrer les maquisards bretons dans l’objectif de former une solide armée secrète, établir des zones de parachutage et d’atterrissages, mener des opérations de destruction des lignes de communication et retarder le plus longtemps possible les convois de renforts allemands prenant la direction de la Normandie.

A 00h30, les groupes de « Free French » sautent enfin en France, à des emplacements bien définis. Cependant pour l’un d’eux, les premières déconvenues arrivent déjà trop rapidement. Au sein de celui-ci, le caporal breton de 29 ans : Émile Bouétard. Par erreur, son groupe a été parachuté à deux kilomètres de la zone convenue et à proximité du moulin de La Grée ; poste d’observation allemand.

Achevé par l’ennemi

Inévitablement, le groupe de Français libres placé sous le commandement du lieutenant Marienne est repéré. Dès lors, les combats éclatent. Face à eux, un lourd détachement de soldats russes, géorgiens et ukrainiens de la Wehrmacht. L’infériorité numérique est criante, mais les hommes se battent avec courage et détermination.

Au milieu de ce chaos, Émile Bouétard reçoit pour mission de protéger trois opérateurs radios et durant quelques minutes, les quatre hommes luttent jusqu’à épuisement de leurs munitions. De fait, les échanges de tirs cessent et les trois opérateurs sont finalement faits prisonniers. En revanche, Émile Bouétard va lui connaître un tout autre destin.

Dix minutes seulement après avoir refoulé ses terres natales, blessé à l’épaule et à la cuisse, il est achevé d’une rafale de pistolet mitrailleur en pleine tête, conformément aux ordres d’Hitler vis-à-vis des commandos parachutistes alliés.

Émile Bouétard : premier mort des troupes débarquées

Né le 4 septembre 1915 à Pleudihen, dans les Côtes d’Armor, Émile Bouétard avait quitté sa maison familiale en janvier 1942 pour rejoindre la France libre. Déterminé à se battre, il était parvenu à gagner la Grande-Bretagne après un long périple de près d’un an.

Dès son arrivée, il s’était engagé dans les Forces Françaises Libres puis aussitôt dans les Forces Aériennes Françaises Libres. Tué au tout début de cette journée du 6 juin 1944, Émile Bouétard est considéré à ce jour comme le premier mort des troupes débarquées en Normandie pour la Libération (*). « Qui ose gagne », telle était la devise des SAS. Émile Bouétard n’a pas vécu assez longtemps pour s’en rendre compte, mais ce jour-là, il a gagné.

Sources → D-Day Overlord – Marc Laurenceau / Article de France 3 région

(*) Selon d’autres sources, ce titre pourrait aussi être attribué à Fred Greenhalgh et Den Brotheridge, tous deux soldats britanniques.

Nouvelle vidéo

Vidéo fortitude

Fortitude Story

Fortitude Story

Témoignages de guerre

Témoignages de guerre

A propos de Fortitude

  • Les publications de Fortitude sont sous la responsabilité de Matthieu MUGNERET.

 

© 2022 Fortitude. Tous droits réservés

Vous aimez l'histoire de la Seconde Guerre mondiale ?Rejoignez Fortitude sur Facebook !

Des témoignages, des photographies, des événements racontés et expliqués... et bien plus encore ! france année 1944

0

Pin It on Pinterest