Histoire et Mémoire de la Seconde Guerre mondiale

Carte interactive du débarquement de Normandie – Opération Overlord

par | 14 Mai 2024

Soutenez Fortitude

Et intégrez la Brigade de la Mémoire !

Soutenir Fortitude

Carte interactive du Débarquement de Normandie

Opération Overlord – 6 juin 1944

Cette carte du Débarquement de Normandie est interactive. A l’aide de plusieurs dizaines de points cliquables et de textes explicatifs, découvrez les principaux événements qui ont marqué cette historique journée du 6 juin 1944 : le D-Day en Normandie.

Carte interactive du Débarquement de Normandie
00h21 - Prise des Ponts de Bénouville (Pegasus Bridge) et de Ranville 00h48 - Début du parachutage de la 101st Airborne Division 01h50 - Début du parachutage de la 82nd Airborne Division 00h30 - Bombardement des batteries antiaériennes de Caen-Carpiquet 00h50 - Début du parachutage des 3e et 5e brigades de la 6e division aéroportée britannique 03h00 - Bombardement de Caen par la Royal Air Force 03h25 - Attaque de la batterie de Merville 03h35 - Atterrissage de la 6e division aéroportée britannique 03h35 - Bombardement de la Pointe du Hoc 03h35 - Bombardement de Grandcamp 03h54 - Atterrissage de renforts pour la 101e Airborne Division 04h00 - Libération de Ste-Mère-Église 04h00 - Atterrissage de renforts pour la 82e Airborne Division 04h00 - Bombardement des points fortifiés 05h00 - Prise de l'écluse de la Barquette 05h10 - Premiers tirs de l'artillerie navale sur Gold Beach 05h31 - Premiers tirs de l'artillerie navale sur Juno et Sword Beach 05h37 - La batterie de Longues-sur-Mer attaque la flotte alliée 05h50 - Premiers tirs de l'artillerie navale sur Omaha Beach 05h55 - Bombardement d'Omaha Beach 06h06 - Bombardement des points fortifiés 06h29 - Début du Débarquement sur Omaha Beach 06h30 - Bombardement de la Pointe du Hoc 06h31 - Début du Débarquement sur Utah Beach 07h11 - Les rangers américains à l'assaut de la Pointe du Hoc 07h25 - Début du Débarquement sur Gold Beach 07h25 - Début du Débarquement sur Juno Beach 07h25 - Début du Débarquement sur Sword Beach 07h32 - Débarquement du commando Kieffer 09h20 - Reprise des tirs de l'artillerie navale sur Omaha Beach 09h30 - Libération de Bernières 09h30 - Libération d'Hermanville-sur-Mer 10h00 - Des résistants fusillés par la Gestapo 10h30 - La Dog Company engage le combat 12h14 - Les Américains atteignent le centre de Colleville-sur-Mer 12h45 - Libération de Courseulles-sur-Mer 13h30 - Nouveau bombardement sur Caen 13h32 - Jonction sur le Pegasus Bridge 14h25 - Libération de Périers-sur-le-Dan 15h30 - Les Américains s'emparent du point fortifié Wn62 15h30 - Les Britanniques prennent le port de Ouistreham 16h00 - Combats entre les parachutistes américains et les défenseurs allemands 17h00 - Le Wn73 réduit au silence 17h10 - Libération de St-Laurent-sur-Mer 20h00 - Les commandos français atteignent Hauger 20h51 - Renforts d'hommes et d'équipements à Ranville 20h51 - Renforts d'hommes et d'équipements à Bénouville 20h53 - Renforts d'hommes et d'équipements à la 101e Airborne Division 21h10 - Renforts d'hommes et d'équipements à la 82nd Airborne Division 22h30 - Libération de Tailleville 22h30 - Libération d'Arromanches

00h21 - Prise des Ponts de Bénouville (Pegasus Bridge) et de Ranville

Opérations Euston I et Euston II

Le secteur situé entre les communes de Ranville et de Bénouville représente l'un des premiers objectifs majeurs de l'opération Overlord. En effet et afin de protéger le flanc gauche des zones de débarquement, les ponts de Bénouville (surnommé "Pegasus Bridge") et de Ranville doivent impérativement tomber aux mains alliées. A eux deux, ils sont l'unique lieu de passage permettant de traverser presque simultanément l'Orne et le canal de Caen.

Déroulé des événements

Au cours des toutes premières minutes de celui qui allait devenir le très historique 6 juin 1944 - à 00h16 -, un premier planeur Horsa se pose à environ 50 mètres seulement du Pegasus Bridge. Il sera bientôt rejoint par deux autres. A leurs bords, les soldats de la 6e division aéroportée britannique.

Dans la plus grande discrétion et en à peine quelques minutes, les alliés s'emparent du très stratégique pont à 00h21, après une très brève résistance allemande. Touché à la tête, le lieutenant Herbert Denham est probablement le premier soldat allié tué en Normandie, dans le cadre de l'opération Overlord. L'opération Euston I est néanmoins une grande réussite.

Dans ce même temps, un seul des trois planeurs prévus pour la prise du pont de Ranville parvient à atterrir sur l'objectif. Le second s'en est éloigné à plus d'un kilomètres et le troisième à dix ! Néanmoins, le pont est tout de même attaqué par les soldats alliés présents, qui est lui aussi pris en seulement quelques minutes.

00h48 - Début du parachutage de la 101st Airborne Division

Dans le ciel du Cotentin, les C-47 commencent à larguer les premiers des 6 900 parachutistes américains de la 101st Airborne Division. Aux alentours de 00h10, des éclaireurs avaient au préalable sauté sur les terres normandes, afin de délimiter les zones de parachutages.

Les hommes de la 101st Airborne ont pour objectifs de contrôler la zone située entre Sainte-Mère-Église et la côte Est du Cotentin. Pour y parvenir, ils vont devoir neutraliser la batterie de St-Martin-de-Varreville et l'écluse de la Barquette.

Mais en réalité, la désorganisation est plus que totale. Selon l'historien Marc Laurenceau, plus de 75% des parachutistes américains ne sont pas parachutés sur les zones prévues du fait d'erreurs de navigation des pilotes. Rapidement, les soldats de la 101e se retrouvent en petits groupes isolés et parfois même mélangés à ceux de la 82e, pourtant parachutés plus au Nord. Au final la 101e Airborne division est parachutée sur une vaste surface de 40 kilomètres sur 15.

01h50 - Début du parachutage de la 82nd Airborne Division

Les premiers parachutistes américains de la 82nd Airborne Division sautent sur les zones préalablement balisées par les éclaireurs quelques minutes auparavant. Leurs objectifs ; prendre Sainte-Mère-Église, contrôler la route nationale 13 et les ponts qui permettent le franchissement des marais du Cotentin.

00h30 - Bombardement des batteries antiaériennes de Caen-Carpiquet

Les batteries antiaériennes de Caen-Carpiquet sont bombardées par pas moins de 110 bombardiers américains, appartenant aux Bomber Command No. 1 Group et No. 100.

00h50 - Début du parachutage des 3e et 5e brigades de la 6e division aéroportée britannique

Chargés de sécuriser le flanc gauche du très prochain Débarquement de Normandie, les Britanniques de la 6e Division Aéroportée sautent à l'Est de l'Orne, dans le Calvados. Cependant et une fois à terre, les parachutistes se retrouvent dispersés, parfois très éloignés des zones de parachutage initialement prévues. Constat terrible, souvent à l'origine d'erreurs de navigation des pilotes.

Cette désorganisation générale et inévitable entraine de multiples accrochages avec les forces allemandes qui, impressionnées par leur nombre, limitent finalement leurs actions. Au fur et à mesure que la nuit avance, des petits groupes de parachutistes alliés se forment et tentent - héroïquement - d'accomplir leurs objectifs.

03h00 - Bombardement de Caen par la Royal Air Force

A Caen ce 6 juin, le premier bombardement d'une longue série débute en pleine nuit. Les bombardiers britanniques visent une multitude d'objectifs sur la ville, essentiellement afin d'empêcher les forces allemandes de remonter vers les futures plages de débarquement. Une seconde attaque sera menée à 07h00, touchant gravement le quartier de la gare ainsi que la caserne Decaen.

03h25 - Attaque de la batterie de Merville

Avec seulement 170 parachutistes britanniques sur les 635 prévus, le lieutenant-colonel Terence Otway s'élance avec ses hommes à l'assaut de la batterie de Merville. Selon le commandement alliés et pour que le Débarquement de Normandie puisse réussir - notamment sur Sword Beach -, ce site doit absolument être sous contrôle avant l'arrivée des soldats sur les plages normandes.

A 04h45, Otway fait tirer une fusée jaune vers le ciel à destination de la flotte alliée, déjà présente au large. La batterie de Merville est tombée aux mains britanniques mais au prix de lourdes pertes ; 70 officiers, sous-officiers et soldats ont été tués au cours de l'assaut.

03h35 - Atterrissage de la 6e division aéroportée britannique

Dans les environs de Ranville, 48 planeurs Horsa commencent à se poser dans le cadre de l'opération Tonga. A l'intérieur se trouvent des soldats supplémentaires destinés à renforcer les premier éléments de la 6e division aéroportée britannique, dont les premiers éléments ont été parachutés à 00h50.

Ces nouvelles forces sont chargées de protéger le flanc gauche du débarquement contre une éventuelle contre-attaque allemande et de tenir le terrain en attendant les forces alliées prochainement débarquées.

03h35 - Bombardement de la Pointe du Hoc

Au milieu de la nuit du 5 au 6 juin 1944, à 03h35, les forces allemandes signalent d'importants bombardements sur Le Guay, Grandcamp et le pointe du Hoc. Pour les Alliés, cette dernière est d'une importance capitale, notamment pour les hommes qui débarqueront prochainement sur Omaha Beach et qui seront sous le feu de ses canons, si celle-ci n'est pas neutralisée à temps.

03h35 - Bombardement de Grandcamp

Dans le cadre des derniers préparatifs du débarquement de Normandie, la batterie de Grandcamp-Maisy est bombardée par les Alliés. Tout au long de cette nuit du 5 au 6 juin 1944, les fortifications allemandes du Mur de l'Atlantique sont ciblées à plusieurs reprises par les Alliés.

Cependant, la météo n'aide pas les équipages à atteindre leurs objectifs. En effet, une forte masse nuageuse gêne grandement les bombardiers dans leurs actions et 67 d'entre eux sont contraints d'annuler leur mission. Ainsi, la cible que représente la batterie de Grandcamp-Maisy n'est tout simplement pas atteinte.

03h54 - Atterrissage de renforts pour la 101e Airborne Division

Afin de renforcer la puissance de feu des hommes de la 101e Airborne Division, parachutés plus tôt dans la nuit, 52 planeurs américains Waco atterrissent à proximité de Hiesville. Ces derniers sont notamment chargés de pièces d’artillerie, de véhicules légers, de postes radio, des mitrailleuses, de munitions ou encore d'explosifs.

Dans une large majorité, les équipements sont en état de fonctionnement malgré des atterrissages plus que mouvementés. Au cours de cette opération, 12 soldats américains sont tués ou portés disparus et 17 autres sont blessés.

04h00 - Libération de Ste-Mère-Église

Dans le cadre des opérations aéroportées préliminaires au Débarquement de Normandie, Sainte-Mère-Église est au cœur des plans alliés. En effet, elle est justement située sur la route nationale 13 qui doit impérativement être contrôlée par les forces libératrices et représente en même temps un point de passage obligatoire pour les forces allemandes, dans le cadre d'une potentielle contre-offensive.

Déjà alertés par les événements de la nuit, les défenseurs allemands tirent sur les parachutistes américains qui apparaissent dans le ciel du Cotentin. Dans le village, les parachutes des soldats Steele et Russel s'accrochent à l'église quand d'autres tombent dans les arbres qui l'entourent. Sur le clocher de l'église, John Steele est resté accroché durant 45 minutes avant d'être fait prisonnier par les Allemands.

Après d'intenses combats, la bannière étoilée est hissée sur la mairie de Sainte-Mère-Église par les soldats américains du 3e bataillon du 505e régiment d'infanterie parachutiste.

04h00 - Atterrissage de renforts pour la 82e Airborne Division

Afin de renforcer la puissance de feu des hommes de la 82e Airborne Division, parachutés plus tôt dans la nuit, 52 planeurs américains Waco atterrissent au nord-ouest de Sainte-Mère-Église. Ces derniers sont notamment chargés de pièces d’artillerie, de véhicules légers, de postes radio, des mitrailleuses, de munitions ou encore d'explosifs.

Pour cette opération, les pertes matérielles sont très importantes. Selon l'historien Marc Laurenceau, près de 50% du matériel est inutilisable de façon immédiate. Trois soldats américains trouvent également la mort au moment des atterrissages des planeurs.

04h00 - Bombardement des points fortifiés

Situés à l'Ouest d'Arromanches-les-Bains, les points fortifiés allemands Wn 44, 47 et 48 sont lourdement attaqués par les bombardiers alliés.

05h00 - Prise de l'écluse de la Barquette

Avec 150 parachutistes, le colonel Howard R. Johnson (101e Airborne Division) s'empare de l'écluse de la Barquette, située au nord de Carentan. Ce lieu stratégique pour les Alliés - permettant le franchissement de la Douve - était l'un des principaux objectifs de la nuit pour les américains parachutés sur le Cotentin.

05h10 - Premiers tirs de l'artillerie navale sur Gold Beach

Présents au large depuis le milieu de la nuit, 4 croiseurs, 31 destroyers et une canonnière néerlandaise attaquent les positions allemandes présentes sur Gold Beach. Dans le cadre du Débarquement de Normandie, il s'agit des premiers tirs opérés par l'artillerie navale alliée.

Dans ce même temps, les navires français Georges Leygues et Montcalm ouvrent le feu sur la batterie allemande de Longues-sur-Mer, qui elle-même tire sur le bâtiment américain USS Arkansas.

05h31 - Premiers tirs de l'artillerie navale sur Juno et Sword Beach

La plupart des navires de guerre présents au large des plages britanniques et canadiennes de Gold, Juno et Sword Beach, ouvrent le feu sur les positions allemandes. Au même moment, les soldats des premières vagues d'assaut de Sword embarquent à bord des chalands de débarquement alors que face à Juno Beach, les navires destinés au transport des hommes jettent l'ancre et débutent eux aussi leurs préparatifs.

Quelques secondes auparavant, le destroyer norvégien Svenner avait été coulé au large par l'une des 18 torpilles tirées par 3 vedettes allemandes, basées au Havre. Le naufrage du navire entraine la mort de 30 marins et soldats.

05h37 - La batterie de Longues-sur-Mer attaque la flotte alliée

Après les premiers tirs opérés par l'artillerie navale alliée, les canons de la batterie de Longues-sur-Mer ciblent le destroyer USS Emmons et le cuirassé USS Arkansas.

05h50 - Premiers tirs de l'artillerie navale sur Omaha Beach

Pour la première fois à l'aube de ce 6 juin 1944, le navire américain USS Texas ouvre le feu sur Omaha Beach.

05h55 - Bombardement d'Omaha Beach

Dans la foulée des premiers tirs de l'artillerie navale alliée et environ 30 minutes avant le débarquement des soldats sur Omaha Beach, 146 bombardiers américains B-24 Liberator attaquent les installations côtières de la plage. Malgré l'intensité des bombardements, les positions défensives allemandes restent quasiment intactes.

06h06 - Bombardement des points fortifiés

L'ensemble des points fortifiés situés à Arromanches-les-Bains, Sainte-Honorine et Colleville (et dans les environs proches) sont lourdement bombardés par l'aviation alliée. Plusieurs milliers de bombes pleuvent sur les positions allemandes.

06h29 - Début du Débarquement sur Omaha Beach

Heure H sur Omaha Beach. Les premières vagues d'assaut appartenant aux 1re et 29e divisions d'infanterie américaines se retrouvent plongées au cœur d'un enfer indescriptible. Malgré les précédents bombardements alliés, les fortifications allemandes sont restées quasiment intactes et ouvrent un feu très nourrit sur les soldats privés d'abris, sans appui de l'artillerie et totalement désorganisés. Les vagues suivantes connaitront exactement le même sort, à commencer par la seconde qui débute à 06h35.

06h30 - Bombardement de la Pointe du Hoc

Alors que les soldats américains commencent à débarquer sur Omaha Beach, la pointe du Hoc est à nouveau la cible des bombardiers alliés. Pas moins de 18 bombardiers déversent leurs bombes sur la position allemande, puis l'artillerie navale alliée, stationnée au large, prend le relai. C'est un véritable déluge de feu.

06h31 - Début du Débarquement sur Utah Beach

Heure H sur Utah Beach. Sur la plage de la Madeleine, à Sainte-Marie du Mont, le 8e régiment de la 4e division d'infanterie américaine est le premier à fouler le sable du Cotentin. A peine quelques minutes plus tard, plus au large de la plage d'Utah, le destroyer USS Corry heurte une mine sous-marine puis est touché par un obus tiré depuis la batterie de Crisbecq. Le navire sombre rapidement, 84 membres de l'équipage sont tués, 60 autres sont blessés.

A 6h35, le débarquement de la seconde vague d'assaut débute déjà puis à 06h40, 28 chars amphibies atteignent eux aussi la plage, malgré un retard de 10 minutes sur l'heure initialement prévue.

07h11 - Les rangers américains à l'assaut de la Pointe du Hoc

Les rangers américains débarquent au pied de la pointe du Hoc avec 41 minutes de retard suite à des erreurs de navigation et un fort courant marin. A l'aide de cordes ou d'échelles, ils commencent à escalader la falaise de 30 mètres de haut avant de prendre la direction des bunkers, au milieu des trous causés par les précédents et puissants bombardements.

Malgré la présence de snipers allemands, la plupart des défenseurs ont disparu. En 15 minutes, la pointe du Hoc qui menaçait directement les plages d'Omaha et d'Utah est prise et sécurisée par les Américains. Les 6 derniers défenseurs du poste d'observation se rendront à midi après quoi le colonel Rudder transmettra le message suivant en morse : "Arrivés à la pointe du Hoc. Mission achevée. Avons besoin urgent munitions et renforts. Beaucoup de pertes".

07h25 - Début du Débarquement sur Gold Beach

Heure H sur Gold Beach. La 50e division britannique et les chars spéciaux de déminage et de déblayage des obstacles commencent à débarquer sans rencontrer de réelles difficultés.

07h25 - Début du Débarquement sur Juno Beach

Heure H sur Juno Beach. Les chars spéciaux de déminage et de déblayage des obstacles commencent à investir la plage. Le débarquement de la 3e division d'infanterie canadienne est quant-à-elle retardée de 20 minutes par des conditions de navigation difficiles en plus d'une forte résistance allemande.

07h25 - Début du Débarquement sur Sword Beach

Heure H sur Sword Beach. Les chars spéciaux de déminage et de déblayage des obstacles débarquent en même temps que ceux de Gold et de Juno. Dans ce même temps, les premiers chars de la 79e division blindée investissent eux aussi le secteur britannique, ainsi que les hommes de la 3e division d'infanterie.

07h32 - Débarquement du commando Kieffer

Les soldats français du commando Kiffer débarquent sur Sword Beach, face à Colleville-sur-Orne.

09h20 - Reprise des tirs de l'artillerie navale sur Omaha Beach

Face aux innombrables et terribles difficultés rencontrées par les hommes débarqués sur Omaha Beach, les navires situés au large de la plage organisent un tir de barrage afin de tenter d'inverser une situation qui, dans l'immédiat, est désespérée. Pendant 25 minutes et en plus des tirs allemands, les soldats américains doivent désormais faire face aux tirs de leur propre camp. Le risque est immense.

09h30 - Libération de Bernières

Environ deux heures après le début du débarquement du Juno Beach et après une lente progression sous les tirs de mortier et des tireurs isolés, les Canadiens libèrent la commune de Bernières. Les combats contre les forces allemandes ont été particulièrement violents, 65 soldats du Queen's Own Rifles ont été tués sur la plage.

09h30 - Libération d'Hermanville-sur-Mer

Environ deux heures après le début du débarquement sur Gold Beach les Britanniques libèrent la commune d'Hermanville-sur-Mer.

10h00 - Des résistants fusillés par la Gestapo

En représailles de l'invasion alliée en Normandie, la Gestapo commence à fusiller des Résistants français par groupes de 5 à 6 individus, qui étaient emprisonnés à Caen. Une seconde exécution sera également organisée par les Allemands à 15h00. Au total, près de 80 Résistants seront assassinés.

10h30 - La Dog Company engage le combat

Les parachutistes américains de la Dog Company, situés à l'Ouest d'Utah Beach, engagent le combat contre les forces allemandes, à proximité de la commune de Neuville-au-Plain.

Au même moment et afin d'interdire l'accès à Sainte-Mère-Église par le Nord, 42 autres parachutistes attaquent une colonne allemande composée de 200 soldats. Les Américains devront se replier en cette fin de journée du 6 juin 1944. Néanmoins, le temps gagné contre les forces ennemies aura permis aux libérateurs d'installer de solides défenses dans la commune.

12h14 - Les Américains atteignent le centre de Colleville-sur-Mer

Alors que certains éléments des troupes débarquées sur Omaha Beach parviennent difficilement à sortir des plages, des unités américaines parviennent à atteindre le centre de Colleville-sur-Mer. Néanmoins, les combats dureront encore toute la journée avant que la commune ne soit définitivement libérée des troupes allemandes.

12h45 - Libération de Courseulles-sur-Mer

La 3e division d'infanterie canadienne libère la commune de Courseulles-sur-Mer et installe son état-major à proximité du château de Semilly.

13h30 - Nouveau bombardement sur Caen

En ce début d'après-midi du 6 juin 1944, les alliés bombardent une nouvelle fois Caen. Pas moins de 73 B-24 américains larguent près de 200 tonnes de bombes afin de détruire les ponts qui permettent le franchissement de l'Orne. Plusieurs quartiers sont totalement détruits, au moins 500 Caennais sont tués et 10 000 civils décident précipitamment de quitter la ville. Les ponts quant-à-eux sont restés intactes.

13h32 - Jonction sur le Pegasus Bridge

A Bénouville, Simon Fraser, commandant de la 1st Spécial Service Brigade britannique, atteint le "Pegasus Bridge" avec ses commandos débarqués à Sword Beach. Celui-ci s'excuse auprès du Major Howard pour ses deux minutes et trente secondes de retard sur l'heure prévue.

14h25 - Libération de Périers-sur-le-Dan

Après de violents combats contre les forces occupantes, la 3e division d'infanterie britannique et les blindés du Staffordshire Yeomanry débarquée à Sword Beach, parviennent à libérer la stratégique commune de Périers-sur-le-Dan. Position clé, ses hauteurs offrent une importante visibilité sur les environs de la région.

15h30 - Les Américains s'emparent du point fortifié Wn62

Depuis 13h30, le débarquement des troupes américaines sur Omaha Beach semble s'améliorer quelque peu et les soldats commencent à sortir de l'enfer des plages. Les combats n'en demeurent pas moins extrêmement difficiles et violents ,même si les premières positions allemandes commencent à tomber aux mains des alliés. C'est par exemple le cas du point fortifié Wn 62, où Hein Severloh, son dernier défenseur, vient de se rendre après avoir tiré à 12 500 reprises.

15h30 - Les Britanniques prennent le port de Ouistreham

Les Britanniques débarqués sur Sword Beach parviennent à s'emparer du port de Ouistreham.

16h00 - Combats entre les parachutistes américains et les défenseurs allemands

A environ trois kilomètres de Sainte-Mère-Église, les Allemands lancent une contre-attaque en direction du pont du lieu-dit La Fière, à l'aide de puissants tirs de l'artillerie et de trois blindés. Si les trois chars sont détruits et l'offensive ennemie repoussée par les parachutistes américains, les pertes ont tout de même été particulièrement élevées.

17h00 - Le Wn73 réduit au silence

Sur les hauteurs d'Omaha Beach, les soldats américains de la 29e division d'infanterie parviennent à réduire au silence le point fortifié Wn 73 ; le plus à l'Ouest du secteur de la plage de débarquement. Au même moment, le clocher de l'église de Saint-Laurent-sur-Mer dans lequel se logent des tireurs d'élite allemands, devient la cible de l'artillerie américaine.

17h10 - Libération de St-Laurent-sur-Mer

Encore sous le feu de l'artillerie alliée, le village de Saint-Laurent-sur-Mer est définitivement libéré par les forces américaines.

20h00 - Les commandos français atteignent Hauger

Débarqué à Colleville-sur-Orne, les commandos français du 1er bataillon de fusiliers marins atteignent la localité du Hauger.

20h51 - Renforts d'hommes et d'équipements à Ranville

Dans le cadre de l'opération Mallard, environ 140 planeurs se posent à proximité de Ranville. A l'intérieur de ces derniers, des soldats anglais et canadiens, mais aussi des équipements lourds destinés à augmenter de manière certaine la puissance de feu des troupes.

Les conditions météorologiques s'étant améliorée depuis le début de la journée, l'opération Mallard est dans l'ensemble un succès. Sur les 246 planeurs prévus à Ranville à à Bénouville, 242 de ces derniers parviennent à atterrir en Normandie.

20h51 - Renforts d'hommes et d'équipements à Bénouville

Dans le cadre de l'opération Mallard, une centaine de planeurs se posent à proximité de Bénouville. A l'intérieur de ces derniers, des soldats anglais et canadiens, mais aussi des équipements lourds destinés à augmenter de manière certaine la puissance de feu des troupes.

Les conditions météorologiques s'étant améliorée depuis le début de la journée, l'opération Mallard est dans l'ensemble un succès. Sur les 246 planeurs prévus à Ranville à à Bénouville, 242 de ces derniers parviennent à atterrir en Normandie.

20h53 - Renforts d'hommes et d'équipements à la 101e Airborne Division

Dans le cadre de l'opération Keokuk, 32 planeurs doivent se poser afin d'apporter des renforts en personnels et en équipements à la 101e Airborne Division, parachutée dans la nuit du 5 au 6 juin 1944. Cependant, la résistance ennemie est encore très présente dans les environs. Alors que les premiers planeurs commencent à se poser dans les champs normands, les allemands lancent une contre-offensive. Certains équipages américains se retrouvent ainsi isolés et pris au milieu d'un feu violent.

21h10 - Renforts d'hommes et d'équipements à la 82nd Airborne Division

Dans le cadre de l'opération Elmira, 176 planeurs doivent se poser afin d'apporter des renforts en personnels et en équipements à la 82nd Airborne Division, parachutée dans la nuit du 5 au 6 juin 1944. Cependant, la résistance ennemie est encore très présente dans les environs. Alors que les premiers planeurs commencent à se poser dans les champs normands, les allemands attaquent les appareil alliés. Certains équipages américains se retrouvent ainsi isolés et pris au milieu d'un feu violent.

Les pertes humaines sont particulièrement importantes. Sur les 1 190 soldats aérotransportés dans le cadre de cette opération, 157 sont tués ou blessés lors de la phase d'atterrissage.

22h30 - Libération de Tailleville

Après de violents et durs combats, la commune de Tailleville est libérée par les Canadiens. Dans le secteur de Juno Beach, il s'agit de la dernière localité libérée, au cours de cette journée du 6 juin 1944.

22h30 - Libération d'Arromanches

Poursuivant leur progression depuis leur débarquement dans le secteur de Gold Beach, les Britanniques du 1er bataillon du Royal Hampshire libèrent la commune d'Arromanches-les-Bains en toute fin de journée de ce 6 juin 1944.

Cette carte est interactive. Pour naviguer et découvrir les différents points de la map, survolez la carte à l’aide de votre curseur et cliquez sur les nombreux points visibles pour en apprendre plus. Carte dessinée par Matthieu Mugneret – Tous droits réservés.

Légende de la carte interactive du Débarquement de Normandie

Une fois sur la carte, vous avez la possibilité de cliquer sur différents points. Les jaunes correspondent aux événements survenus au cours de la nuit du 5 au 6 juin 1944. Les violets indiquent quant-à-eux ceux de la matinée du 6 juin, les bleus de l’après-midi et les rouges ceux ayant eu lieu en fin de journée.

Sur la carte interactive et à proximité immédiate des plages de débarquement, les zones blanches correspondent à la progression des forces alliées au soir du 6 juin.

 

Sources et références

Pin It on Pinterest