Le débarquement de Normandie

Le Débarquement de Normandie, survenu le 6 juin 1944, est la plus grande opération aéronavale de l’Histoire militaire. Au petit matin de cette journée, des milliers de soldats alliés s’apprêtent à envahir la France, alors sous occupation allemande depuis le mois de juin 1940.

Débarquement de Normandie

© Débarquement de Normandie – National Archives and Records Administration

D-DAy en Normandie

Les dernières heures ont été agitées. Incontestablement plus que d’habitude. A Foucarville, Michel Brohier se souvient : « La nuit du 5 au 6, quand les bombardements aériens ont commencé, toute la famille à gagné l’abri à une centaine de mètres de la maison. On a remarqué qu’après la fin du bombardement, les avions continuaient de passer. On a commencé à se dire que ce n’était pas normal. Et puis, on a entendu du bruit dans le bosquet derrière l’abri. Le bruit d’un homme qui passe à travers les branches d’un arbre et qui tombe par terre. Il y a quelques bribes de conversation, en anglais. On entendait tout ça au travers de l’abri, sans rien voir. On n’a rien dit, on a laissé faire, et ils sont partis. »

Au cours de cette même nuit, l’officier SS Hubert Meyer est brutalement tiré du lit : « Réveillez vous ! L’invasion a commencé. » D’un seul bon, Meyer enfile son uniforme et décroche le téléphone pour obtenir davantage d’informations : « Non, pas du tout, ça n’est pas l’invasion. Il n’y a pas de parachutistes : ils larguent des mannequins. » Conforté par le vent qui siffle à l’extérieur, l’officier retourne se coucher. « Debout ! L’invasion a commencé, et cette fois, c’est la vraie ! »

Au poste d’observation de Sainte-Honorine-des-Pertes, la Major Werner Pluskat ajuste ses jumelles : « Nom de Dieu ! C’est l’invasion ! » Soudainement, d’Est en Ouest, l’horizon tout entier se remplit de navires en tout genre, ils sont 6 939 à se présenter face aux côtes normandes dans le cadre de l’opération Neptune. Côté Allemand, l’effroi gagne les rangs : comment une telle armada a pu traverser la Manche sans être repérée ?

Initialement prévue le 4 juin, mais retardée en raison des conditions météorologiques trop défavorables, la plus grande opération aéronavale de l’Histoire débute en pleine nuit du 6 juin 1944 : l’opération Overlord.

Au moment même où les premiers parachutistes de la 82nd Airborne Division sont largués au-dessus des terres normandes, aux alentours de 02h00 du matin, 11 500 avions dont près de 3 000 bombardiers décollaient d’Angleterre. Les bombes commençaient alors à pleuvoir une heure plus tard, rasant aussi plusieurs villes tout en emportant plusieurs milliers de vies civiles françaises. Peu avant 6h00, se sont désormais les navires qui bombardent les côtes et à 6h30, les premières troupes d’assaut prenaient pied sur cinq plages de Normandie dans l’objectif d’établir une tête de pont, puis de s’emparer du port en eau profonde de Cherbourg, à la pointe du Cotentin, pour intensifier le débarquement dans un futur très proche. Noms de code : Utah Beach, Omaha Beach, Gold Beach, Juno Beach et Sword Beach.

Inévitablement, la nouvelle arrive jusqu’à Vichy et tôt dans la journée, la radio officielle diffuse un enregistrement du maréchal Pétain, prévu depuis plusieurs semaines : « Les armées allemandes et anglo-saxonnes sont aux prises sur notre sol. La France devient un champ de bataille. Fonctionnaires, agents des services publics, cheminots, ouvriers, demeurez fermes à vos postes pour maintenir la vie de la nation et accomplir les tâches qui nous incombent. Français, n’aggravez pas vos malheurs par des actes qui risqueraient d’appeler sur vous de tragiques représailles. La France ne se sauvera qu’en observant la discipline de la plus rigoureuses. Obéissez donc aux ordres du gouvernement. Que chacun reste face à son devoir. Les circonstances de la bataille pourront conduire l’armée allemande à prendre des dispositions spéciales dans les zones de combat. Acceptez cette nécessité, c’est une recommandation instante que je vous fais dans l’intérêt de notre sauvegarde. »

Ainsi donc, ignorant la Résistance, les maquis ou encore le Gouvernement Provisoire de la République française – proclamé le 3 juin à Alger – Pétain appel les Français à la soumission alors que partout, on ne rêve qu’une seule chose : voir les Allemands battus et chassés du pays.

Au prix très lourd de 11 000 tués ou blessés, près de 132 000 soldats alliés ont pris pied sur les plages de Normandie au soir du 6 juin 1944. Le front allemand est alors percé sur environ 50 kilomètres. Débute alors la très sanglante Bataille de Normandie.

Nouvelle vidéo

Vidéo fortitude

Fortitude Story

Fortitude Story

Témoignages de guerre

Témoignages de guerre

A propos de Fortitude

  • Les publications de Fortitude sont sous la responsabilité de Matthieu MUGNERET.

 

© 2022 Fortitude. Tous droits réservés

Vous aimez l'histoire de la Seconde Guerre mondiale ?Rejoignez Fortitude sur Facebook !

Des témoignages, des photographies, des événements racontés et expliqués... et bien plus encore ! france année 1944

0

Pin It on Pinterest