Fortitude la seconde guerre mondiale en France

Histoire et Mémoire de la Seconde Guerre mondiale

Carte interactive du débarquement de Provence

par | 30 Juil 2023

Soutenez Fortitude sur Tipeee

Soutenez Fortitude !

Carte interactive du débarquement de Provence

Opération Dragoon

Cette carte interactive des opérations du débarquement de Provence a été créée dans le cadre de la rédaction d’un article dédié à l’opération Dragoon (Débarquement de Provence). Elle vous permet de découvrir une vingtaine de points différents à travers des textes explicatifs pour comprendre le déroulé de cette journée décisive pour la libération de la France et de l’Europe.

Carte interactive du débarquement de Provence - Opération Dragoon - 15 août 1944
Cimetière Américain de Draguignan Nécropole nationale de Boulouris Opération Ferdinand - Attaque des batteries côtières de Cannes Opération aéroportée Rugby La Route Nationale 7 Libération de Draguignan Zones sous contrôle au soir du Jour J La Blue Line Zone sous contrôle au soir du 17 août Opération Rugby Libération de Toulon Opération Ferdinand - Mannequins dans le ciel de La Ciotat Opération Ferdinand - Flotte navale au large de La Ciotat Opération Ferdinand - Flotte navale au large de Cannes Force Rosie - "Groupe naval d’assaut de Corse" Force Camel Force Delta Force Alpha Force Roméo - Commandos d'Afrique Force Sitka Débarquement de l'armée B du général De Lattre de Tassigny Débarquement de l'armée B du général De Lattre de Tassigny

Cimetière Américain de Draguignan

Cimetière Américain de Draguignan - Débarquement de Provence

Le cimetière américain de Draguignan est géré par l’American Battle Monuments Commission. Il rassemble les corps de 861 soldats américains tués lors du débarquement et de la bataille de Provence.

Nécropole nationale de Boulouris

Nécropole nationale de Boulouris - Débarquement de Provence

Située à Saint-Raphaël, la nécropole nationale de Boulouris regroupe les corps de 464 combattants tués lors du débarquement de Provence. De toutes origines et de toutes confessions, ces soldats appartenaient à l’armée B du général De Lattre de Tassigny.

Opération Ferdinand - Attaque des batteries côtières de Cannes

Opération Ferdinand - Région de Cannes - Débarquement de Provence

Dans la nuit du 14 au 15 août 1944, entre 2h00 et 3h00 du matin et dans le cadre de l'opération Ferdinand (une opération de diversion), les batteries côtières de la région de Cannes sont attaquées par les forces navales. L'objectif de cette attaque est de faire croire aux Allemands que les Alliés vont débarquer dans ce secteur des côtes provençales.

Opération aéroportée Rugby

La Motte, premier village libéré lors du débarquement de Provence

Vers 3h00 du matin dans le cadre de l'opération aéroportée Rugby, les premiers parachutistes américains touchent le sol afin de baliser les terrains où doivent très prochainement avoir lieu les largages, bien plus massifs, d’autres parachutistes et les atterrissages de planeurs au petit matin. L’objectif principal de ces hommes est d’une très haute importance. Ils doivent s’emparer du carrefour du Muy tout en prenant le contrôle de la route nationale 7 et de la zone avant la fin de la matinée, de sorte à empêcher les forces allemandes situées à l’ouest de converger vers les plages du débarquement.

A 6h30, les habitants du minuscule village de La Motte - premier village libéré du débarquement de Provence - sortent de chez eux et embrassent leurs libérateurs.

La Route Nationale 7

Route Nationale 7 (RN7) - Débarquement de Provence

La Route Nationale 7 est l'un des objectifs majeurs des Alliés, dès les premières heures du débarquement de Provence. Car depuis celle-ci, les Allemands pourraient potentiellement acheminer renforts et matériels vers les différents secteurs de débarquement. Pour en prendre le contrôle le plus rapidement possible, les soldats américains sont largués dans la plaine du Muy (opération Rugby) et les soldats français du Bataillon de choc et des Commandos d’Afrique (Force Rosie) doivent discrètement débarquer entre Le Trayas et Théoule afin d’effectuer de capitales démolitions sur les routes (RN7) de Cannes-Fréjus et de Cannes-Saint-Raphael.

Libération de Draguignan

Libération de Draguignan - Débarquement de Provence

En plus de verrouiller les différentes voies d'accès aux sites de débarquement, les maquis se joignent aux forces alliées dans les combats pour la libération de la Provence. A Draguignan, dès le matin du 15 août 1944, le capitaine FFI et 160 de ses hommes ainsi que le chef d’escadron de gendarmerie Favre et 60 gendarmes, mènent la vie dure aux Allemands en attendant l’arrivée des parachutistes américains de l'opération Rugby. La ville est libérée le 16 août.

Zones sous contrôle au soir du Jour J

Zones contrôlées par les Alliés au soir du 15 août 1944 - Débarquement de Provence

Au soir du 15 août 1944, deux têtes de ponts sont établies le long des côtes provençales : la première se situe entre Fréjus et Théoule, la seconde entre Cavalière et Sainte-Maxime. Au cours de cette même journées, les combats ont fait 818 hommes tués du côté des forces alliées. Au total, 94 000 soldats et 11 000 véhicules ont déjà débarqués en Provence.

La Blue Line

Blue Line - objectif allié du débarquement de Provence

La Blue Line est l'objectif ultime que doivent accomplir les Alliés pour la réussite du débarquement de Provence : une ligne de front de 25 kilomètres de profondeur depuis les plages de débarquement (Alpha, Delta et Camel)

Zone sous contrôle au soir du 17 août

Zone sous contrôle allié au soir du 17 août 1944

Au soir du 17 août 1944, un nouveau bilan fait état de 3546 tués, blessés ou disparus sur les quelques 130 000 hommes débarqués. A partir de ce même jour et conformément aux ordres de Hitler, les Allemands battent en retraite en direction de Nord-Est. L’idée première est de ne pas se retrouver enfermés entre la progressions des Alliés débarqués en Normandie, et ceux qui débarquent dans le sud de la France, mais aussi d’établir une nouvelle ligne de défense dans les secteurs Sens – Dijon – frontière Suisse.

Opération Rugby

Parachutistes à Saint-Tropez - Débarquement de Provence

Dans le cadre de l'opération Rugby, les parachutistes américains doivent poser pied à terre dans la plaine du Muy. Malheureusement les choses ne vont pas réellement se dérouler comme prévu. Car par cette nuit d’été, un épais et très inhabituel brouillard recouvre la région du Muy. Au final, un seul des 12 commandos d’éclaireurs est largué au bon endroit. De fil en aiguille, près de 25% des parachutistes atterrissent jusqu’à 30 kilomètres de leur objectif ; à Bargemon, à Fayence et dans les environs très proches de Saint-Tropez. Au petit matin du 15 août 1944, les Tropéziens découvrent des dizaines de corps de soldats noyés avec leur parachute, tombés dans la mer.

Libération de Toulon

Libération de Toulon

Dès le 20 août, les tirailleurs de la 9e DIC attaquent Toulon en passant par l’est, pendant que la 1er DFL longe le littorale, libérant Hyères au passage. Alors que des combats éclatent déjà à l’intérieur de la cité entre la Résistance et les forces occupantes, la 3e DIA se présente par le côté nord de la ville, après s’être faufilée aux abords du mont Faron.

Le lendemain, les Français sont aux portes de la ville. Mais les 18 000 Allemands chargés de la défendre sont solidement retranchés – notamment dans les forts Vauban et Sainte-Catherine ainsi qu’au cap Sicié, et se défendent durant plusieurs jours, causant de sérieuses pertes aux libérateurs.

La libération de Toulon sera effective le 26 août suivant, mais au prix de lourdes pertes.

Opération Ferdinand - Mannequins dans le ciel de La Ciotat

Opération Ferdinand - Des mannequins parachutés dans le ciel de La Ciotat

Le 15 août 1944, peu avant 2h00 du matin, près de 500 parachutes s’ouvrent dans le ciel de La Ciotat que 5 C47 Dakota viennent de larguer. Immédiatement, les premières détonations se font entendre, les Allemands ouvrent le feu. Pour eux, cela ne fait aucun doute, c’est le début du tant attendu débarquement allié dans le sud de la France. Seulement et pour l’heure, c’est sur des mannequins qu’ils ouvrent le feu. L'opération Ferdinand est une opération de diversion qui rencontre un grand succès : à l’aube du jour J, les forces occupantes attendent les troupes libératrices de pied ferme, mais elles sont cependant dans l’incertitude et dans l’incapacité la plus totale de prévoir le ou les lieux exactes de la réelle attaque. Au final, aucun renfort ne seront envoyés en direction des réels secteurs de débarquement.

Opération Ferdinand - Flotte navale au large de La Ciotat

Opération Ferdinand au large de La Ciotat et de Toulon

Dans le cadre de l'opération de diversion Ferdinand et pendant que des mannequins sont largués dans le ciel de La Ciotat et que les batteries côtières de Cannes sont attaquées, au large, l’amiral Hewitt lance deux autres autres opérations de diversion ; l’une à l’est et l’autre à l’ouest de la zone d’assaut. A proximité des côtes de la Ciotat, une vingtaine de navires naviguent à portée des radars ennemis afin de leur donner l’impression de l’arrivée de l’armada alliée.

Opération Ferdinand - Flotte navale au large de Cannes

Opération Ferdinand au large de Cannes

Dans le cadre de l'opération de diversion Ferdinand, plusieurs navires alliés naviguent entre les villes de Cannes et de Nice en direction de Gênes pour simuler l’arrivée d’une armada. Au préalable, cette flotte a débarqué le groupe naval d’assaut français du capitaine de Frégate Sériot qui bientôt, va pouvoir lancer l’opération Rosie.

Force Rosie - "Groupe naval d’assaut de Corse"

Opération Rosie - Groupe naval d'assaut de Corse - Débarquement de Provence

A bord de deux chasseurs de mines français, des troupes françaises du Bataillon de choc et des Commandos d’Afrique prennent place dans différentes et petites embarcations au beau milieu de la nuit du 14 au 15 août 1944. Placé sous les ordres du commandant Sériot, ce petit groupe de 67 Français navigue dans la plus grande discrétion, en direction des plages du débarquement et à travers les champs de mine immergées.

Ces hommes à qui l’on a donné le nom de « Groupe naval d’assaut de Corse » doivent débarquer entre Le Trayas et Théoule afin d’effectuer de capitales démolitions sur les routes (RN7) de Cannes-Fréjus et de Cannes-Saint-Raphael, de sorte à protéger le flanc droit du très prochain débarquement.

Malheureusement, l’opération Rosie sera un échec : quatre officiers et six hommes d’équipage seront tués, auxquels il faut ajouter 17 blessés et 28 soldats retenus prisonniers par les Allemands.

Force Camel

Opération Camel - Débarquement de Provence

Si les plages de la calanque d’Anthéor et du Dramont ne rencontrent guère de difficultés et sont conquises aux heures prévues, la situation est nettement plus confuse à Saint-Raphaël, également prévue dans le carde de l'opération Camel.

En raison de la présence de nombreuses mines et de batteries côtières, l’assaut a été repoussé à 14h00 en attendant que ne reprennent les préparations aéronavales. A 11h00, les dragueurs débutent les opérations de déminages, mais ils doivent finalement se replier devant la puissance de feu des défenseurs allemands. De 12h20 à 13h00, les bombardiers américains B 24 écrasent les positions allemandes.

Quand arrive enfin 14h00, l’heure nouvellement prévue pour lancer le débarquement des troupes, il est encore décidé de retarder celle-ci de trente minutes. Mais face à l’incertitude concernant les résultats des bombardements, celui-ci est finalement purement et simplement annulé et les troupes sont redirigées vers la plage du Dramont.

Force Delta

Opération Delta - débarquement US sur les plages de La Nartelle - Débarquement de Provence

Sur les plages de La Nartelle, le débarquement des forces américaines ne rencontre qu’une très faible opposition qui se limite à quelques tirs de mortiers et à l’arme automatique. L'opération Delta est un succès. Pour cause, une heure avant le début des opérations, les Allemands ont subi les foudres de la flotte navale alliée. En raison de la puissance des défenses installées dans ce secteur, plus de 6 000 roquettes avaient, au préalable, été lancées sur les nombreux obstacles des plages. Ainsi et dès 11h00, un poste de commandement est déjà établi et le déchargement des véhicules et des armements lourds a déjà débuté.

Force Alpha

Opération Alpha - Débarquement de Provence

A l’exception de deux péniches de débarquement qui sautent sur des mines terrestres, le débarquement des Américains sur les plages de Cavalaire et de Pampelonne (Opération Alpha) se déroule sans réel accroc. Mais si les soldats parviennent à surmonter les quelques difficultés rencontrées, notamment sur la première plages où ils doivent progresser à travers un champ de mines, la progression se veut plus pénible. Après de durs combats, les Américains parviennent à s’emparer du cap de la Vigie, où résistait encore il y a un peu un point d’appui allemand. Une heure après cette première vague d’assaut, sept autres se succèdent. De nombreux défenseurs allemands sont déjà faits prisonniers. En début d’après-midi, Cavalaire est entièrement contrôlée par les Américains et la liaison est établie avec les Français des Commandos d’Afrique installés au cap Nègre (Force Roméo).

Force Roméo - Commandos d'Afrique

Force Roméo - Les Commandos d'Afrique s'emparent du Cap Nègre

Embarqués en Corse le 14 août, à Propriano, 600 volontaires français des Commandos d’Afrique placés sous le commandement du lieutenant-colonel Georges-Régis Bouvet font cap en direction de la Provence. A 22h00, les hommes et Bouvet lui-même quittent les navires pour rejoindre leurs embarcations amphibies d’assaut. Leur objectif : s'emparer du Cap Nègre.

Il faut presque une heure aux commandos lourdement chargés de leurs équipements pour escalader la falaise. En hurlant, les soldats se jettent sur les pièces d’artillerie qu’ils doivent détruire. Les rafales et les détonations se font entendre dans le paysage provençale. Surpris, les Allemands tentent de réagir furtivement, et se rendent finalement. Ils viennent de perdre 20 des leurs, quand seulement deux blessés sont recensés du côté des forces françaises.

Il est 1h45, le premier combat du débarquement de Provence vient de s’achever. Pour l’Histoire, le Commando d’Afrique de la Force Roméo est l’avant-garde de la libération.

Force Sitka

Force Sitka - Débarquement de Provence

La force Sitka, commandée par le colonel Edwin E.Walker et qui représente à elle seule plus de 2000 soldats américains et canadiens, reçoit pour mission de neutraliser les batteries des îles de Port-Cros et du Levant, géographiquement situées devant la ville de Hyères. Le débarquement des troupes se passe sans grandes difficultés dans la nuit du 14 au 15 août 1944.

Sur l’île du Levant, les commandos mettent rapidement la main sur la batterie du Titan qui, en réalité est factice. Détruite lors du sabordage de la flotte française à Toulon, en 1942, les canons n’avaient depuis jamais été remplacés. Peu motivée, la garnison allemande se rendra en cette fin de journée du 15 août. En revanche, la libération de Port-Cros se révèle plus compliquée. Retranchés dans les forts qui surplombent l’île, ceux-ci ne se rendront que le 17 août suivant, après un violent bombardement naval.

Débarquement de l'armée B du général De Lattre de Tassigny

A partir du 16 août 1944, 20h00, la 1re DFL a débuté son débarquement à la Croix-Valmer et à Sylvabelle. Le débarquement de l'armée française commandée par le général De Lattre de Tassigny se poursuit toute la nuit à la lumière des lampes électriques ainsi que dans les environs de Saint-Tropez.

Débarquement de l'armée B du général De Lattre de Tassigny

A partir du 16 août 1944, 20h00, la 3e DIA, l’état-major de l’armée, et le CC2 de la 1re DB posent pieds à terre à la Foux et dans la région de Cogolin. Le débarquement de l'armée B du général De Lattre De Tassigny se poursuit également dans la région de la Croix-Valmer.

Pour nombre de ces soldats, l’émotion est immense. Ici et là résonne la Marseillaise, des hommes se mettent à genoux pour toucher la terre de France, d’autre chantent ironiquement « Maréchal nous voilà ». Le 17 août, Sainte-Maxime est traversée par les chars du CC2, sous les vives acclamations de la population. La 1re DFL poursuit son regroupement autour de Gassin.

Ce plan est interactif, pour naviguer et découvrir les différents points de la map, survolez la carte à l’aide de votre curseur.

Le débarquement de Provence (opération Dragoon)

Débarquement de Provence - 15 août 1944 - Opération Dragoon

Un article dédié au débarquement de Provence du 15 août 1944 : de son élaboration jusqu’à l’exécution des différentes opérations qui mèneront les Alliés à la libération du sud de la France, jusqu’à la victoire totale sur l’Allemagne nazie.

error: Contenu protégé

Pin It on Pinterest