Les sanctions allemandes du Traité de Versailles

Le traité de Versailles est un traité de paix signé à la fin de la Première Guerre mondiale entre les Alliés et l’Allemagne, le 28 juin 1919. Signé dans la Galerie des Glaces du château de Versailles, il stipule la création de la Société des Nations (SDN), qui a pour mission de maintenir la paix entre les différentes nations, ainsi que les sanctions prises contre l’Allemagne. Rédigé en français et en anglais, il présente notamment l’Allemagne comme seul responsable des dommages causés par la guerre. Ainsi, les sanctions se classent en trois catégories ; les sanctions territoriales, les sanctions militaires et enfin, les sanctions économiques et financières.

Traité de Versailles - Signature

Les sanctions territoriales

On peut énumérer dans cette partie du traité de Versailles, six points importants qui vont directement affecter l’Allemagne et sa zone géographique.

 

  • La Pologne et la Tchécoslovaquie sont déclarées indépendantes.
  • Dans un nouveau périmètre géographique, l’Autriche est également déclarée indépendante. Il faut ajouter à ce point une interdiction formelle à l’Allemagne d’élaborer toute tentative d’annexion du pays. Elle le fera pourtant en 1938.
  • L’Alsace et la Lorraine sont restituées à la France.
  • Le Bassin de la Sarre est placé sous administration internationale pour les quinze prochaines années. Il sera sous mandat de la Société des Nations, nouvellement créée.
  • En plus d’importants territoires situés à l’est de l’Allemagne, Dantzig devient une ville libre. Cette décision permet ainsi à la Pologne de bénéficier d’un accès direct à la mer. Cependant, la Prusse-Orientale qui elle, est restée allemande, se retrouve séparée de l’Allemagne. L’Allemagne doit renoncer, à titre de compensations, à son empire colonial comprenant le Cameroun, le Togo, la Tanzanie, le Rwanda, le Burundi, la Namibie et la Nouvelle-Guinée. De fait, l’Allemagne perd 15% de son territoire et environ 10% de sa population qui profite principalement à la France et à la Belgique mais aussi au Danemark et à la Pologne, nouvellement recréée.

Les sanctions militaires

L’objectif du Traité de Versailles, rédigé par les Alliés, est le maintien de la paix en Europe. Ainsi, ces derniers en concluent que l’Allemagne ne doit plus être en capacité de se montrer menaçante par ses forces armées. Des sanctions sont donc prises pour limiter son pouvoir afin de protéger ses pays voisins.

  • L’Allemagne doit livrer aux Alliés 5 000 canons, 25 000 avions, plusieurs blindés et la totalité de sa flotte maritime.
  • Le réarmement est strictement limité, l’acquisition de blindés, d’avions et d’artilleries lui sont totalement interdites.
  • Le service militaire est aboli et l’armée allemande ne peut dépasser un effectif de 100 000 soldats.
  • La rive gauche du Rhin ainsi que Mayence et Cologne sont démilitarisées.

Les sanctions économiques et financières

Même si elle ne tient ici qu’en quelques lignes, il s’agit probablement des plus lourdes sanctions imposées à l’Allemagne. Ces dernières entraineront d’innombrables difficultés économiques à l’ensemble du pays dans les années à venir et elles ne feront que s’accentuer davantage avec la crise économique de 1929.

  • L’Allemagne doit payer 132 milliards de marks-or au vainqueurs. Soir l’équivalent de 47 tonnes d’or. La Belgique, pays le plus touché, sera le premier indemnisé. Ce qui lui permettra de se reconstruire rapidement. L’Allemagne terminera de régler sa dette le 3 octobre 2010.
  • L’Allemagne perd la propriété de tous ses brevets. A titre d’exemple, l’aspirine, déposée par Bayer, tombe dans le domaine public.
  • Le pays doit également renoncer à ses conventions douanières.

Le Traité de Versailles, l’arme électorale d’Hitler

Si ce traité à pour objectif de maintenir la paix en Europe, il est inégalement élaboré. De fait, la population allemande va terriblement en souffrir et même en payer le prix fort.

Hitler l’a déjà compris depuis de nombreuses années et va en faire une véritable arme électorale pour gagner des voix et des soutiens qui, au final, le porteront au pouvoir au début de l’année 1933.

On lit souvent que c’est la crise économique de 1929 qui est parvenue à motiver les Allemands à voter Hitler. En réalité, le parti nazi ne fait jamais mieux que 37% des voix aux élections présidentielles. Insuffisant pour remporter ces dernières.

Ce sont plutôt les conséquences économiques qui viennent considérablement aggraver les sanctions du traité de Versailles qui vont pousser les riches industriels et hommes d’affaire allemands à réclamer la nomination de Hitler au poste de chancelier.

Si ce traité n’avait pas été aussi sévère et inégal, peut-être l’Allemagne aurait traversée cette grave période d’une manière différente, probablement avec moins de rancœur et une envie de vengeance nettement moins présente…

→ La chronologie de la Seconde Guerre mondiale en France

Des faits racontés au jour le jour, des histoires...

Fortitudeww2

Des lieux de mémoire, des objets, des souvenirs...

Nouveau Fortitude.ww2

Des documentaires, des témoignages, des vidéos courtes...

Nouveau Fortitude

© 2022 Fortitude. Tous droits réservés. Mentions légales

0

Pin It on Pinterest